×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    L'Ecole des Beaux-Arts de Casablanca fait peau neuve

    Par L'Economiste | Edition N°:467 Le 19/03/1999 | Partager

    · Le nouveau statut considère désormais l'Ecole des Beaux-Arts comme un établissement d'enseignement supérieur

    · La durée des études est passée de 3 à 4 ans

    · Le statut des enseignants révisé

    Il aura fallu attendre plus de trois ans avant de voir le projet de révision du texte régissant l'Ecole des Beaux-Arts aboutir. Lors de la session de février du Conseil de la Communauté Urbaine de Casablanca (CUC), le nouveau statut a été voté à l'unanimité. Il prendra désormais la place de l'ancien, datant du Protectorat. Les principaux points révisés portent sur la situation des enseignants, la durée des études et le cadre juridique de l'école.
    Sur ce dernier point, le nouveau texte considère pour la première fois l'Ecole des Beaux-Arts en tant qu'institution supérieure reconnue par les Ministères de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et des Affaires Culturelles.
    La Direction de l'Ecole a formulé une demande dans ce sens depuis quelques années sans résultat. Ce changement de cadre a nécessité la mise en place d'un budget consacré à la recherche. Le montant de ce budget devra être fixé par le Conseil de la CUC, comme le dispose l'article 4 du nouveau statut. La transformation de l'école en un établissement d'enseignement supérieur a remis également en question les conditions d'accès et surtout la durée des études. Une 4ème année consacrée au travail personnel de l'étudiant est en effet introduite. Ce dernier devra dorénavant préparer un mémoire de fin d'études et le soutenir devant une commission d'enseignants.

    Création d'un Conseil d'Administration


    Autre point révisé, la situation des enseignants. Ces derniers étaient pour la plupart des vacataires. "Ce qui n'était pas digne d'une grande école", a souligné M. Abderrahim Jabrani, directeur de l'école. Dans ce sens, le nouveau texte a introduit une réorganisation du statut des enseignants permanents à travers la mise en place d'une procédure basée, non seulement sur le fonctionnariat, mais également sur la contractualisation et le partenariat.
    Et pour assurer la bonne marche de l'école, il a été procédé à la création d'un Conseil d'Administration composé notamment des présidents de la CUC et de la commission culturelle. Ce Conseil devra se réunir deux fois par an à la demande du président de la CUC.
    Le projet de révision du statut de l'Ecole des Beaux-Arts a été présenté en 1995 par le directeur de l'école M. Jabrani avant d'être soumis à une commission culturelle. Le travail de révision a duré 3 mois.

    Adil BOUKHIMA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc