×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le voyage organisé : Un marché petit mais bien ciblé

Par L'Economiste | Edition N°:41 Le 06/08/1992 | Partager

La grande majorité des cadres marocains préfèrent les vacances qu'ils organisent eux-mêmes. Ceci n'étonnera personne. Cependant, les tours opérators noteront qu'ils ont un marché au profil bien ciblé(1).
Sur les 300 cadres casablancais interrogés, 84,7% indiquent qu'ils partent sans le concours d'un voyagiste, à l'exception de la vente éventuelle du billet d'avion. 10,7% disent préférer le voyage organisé.
La part des non-réponse est très faible: chacun a son idée sur la question.
La proportion de vacanciers "libres" augmente avec l'âge, puisque chez les plus de 35 ans, ils sont 87,5% à se passer du concours d'un tour-opérator. Par contre, chez les plus jeunes on ne dédaigne pas les services du voyagiste. Ceci est à rapprocher du fait que les deux cinquièmes des moins de 35 ans partent seuls (20,6%) ou avec des amis (20%).
Les hommes sont des fanatiques du voyage libre: seulement 8,6% d'entre eux disent partir en voyage organisé. Par contre les femmes aiment davantage ce type de vacances: 14,2% d'entre elles partent en voyages organisés. Cette donnée est à rapprocher de la part des femmes qui partent à l'étranger, assez nettement supérieure à celle des hommes: 36% des femmes cadres interrogées contre 23% chez les hommes.

Chez les cadres supérieurs, on aime davantage le voyage organisé que chez les cadres moyens ou chez les chefs d'entreprise, mais les différences sont minimes.

Si l'on voulait dresser le portrait robot du vacancier partant en voyage organisé, il faudrait donc dire qu'il s'agit d'une femme de moins de 35 ans, cadre supérieur(2).

Apparemment, une part insignifiante des cadres interrogés reste à la maison quelles que soient les périodes de vacances(3).
Mais, par recoupements, on peut et avec toute la prudence d'usage, penser qu'au cours des trois ou quatre dernières années, une part comprise entre 16 et 19% des cadres sont restés chez eux, une ou plusieurs fois.

(1) Cf. L'Economiste du 30 Juillet 1992 sur les offres et le marché des agences de voyage au Maroc.
(2) Devra-t-on en déduire que l'année prochaine, les tours opérators ont un marché tout désigné: les jeunes messieurs célibataires qui ne souhaitent pas le rester?
(3) Le questionnaire et les relances des enquêteurs de Sunergia portaient sur les comportements au cours des "trois ou quatre dernières années". En effet, l'observation du comportement durant la seule année 1991, aurait engendré des risques de biais trop importants puisque la baisse du tourisme européen avait amené les tours-opérators, les hôteliers,... à faire des offres de services destinées précisément à modifier l'attitude des vacanciers marocains.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc