×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Le Trésor veut mobiliser des ressources à long terme

    Par L'Economiste | Edition N°:2124 Le 06/10/2005 | Partager

    . Dette intérieure: Baisse jusqu’à 1,16% des taux . Taux moyen de la dette extérieure inchangé à 3,65%Le Trésor a poursuivi en 2004 la consolidation de ses stratégies de financement à travers une forte mobilisation de ressources longues. Sur le marché intérieur, plus de 75 milliards de DH dont 71% de bons de plus de 2 ans ont été mobilisés pour améliorer le profil de la dette. “L’encours a été également impacté favorablement par la détente des taux, dans un contexte de surliquidité induite par le renforcement des avoirs extérieurs”, souligne le rapport d’activité 2004 de la direction du Trésor et des financements extérieurs, qui vient d’être édité. Les taux ont laissé entre 104 et 116 points de base pour le court terme et 38 points pour le long terme. La part du court terme dans le portefeuille est réduite de 9 points à 20%, alors que celle du moyen et long termes passe à 49 et 32%. La duration est de 4 ans et 10 mois à fin 2004, soit 12 mois de plus qu’en 2003. Le coût moyen de la dette baisse de 6,75% à fin 2003 à 6,39% à fin 2004. Le stock de la dette intérieure s’est établi à fin 2004 à près de 224,1 milliards de DH contre 211,5 milliards en 2003. Il représente 50,7% du PIB contre 50,5% en 2003. Avec un encours de 214,8 milliards de DH à fin décembre 2004, les bons primaires en représentent plus de 96%. Pour le principal de la dette, plus de 69 milliards de DH, dont près de 57 milliards de titres primaires ont été remboursés en 2004. Quant aux charges en intérêts et commissions, elles se sont élevées à 14,7 milliards de DH, en hausse de 594 millions par rapport à 2003. Par ailleurs, une nouvelle baisse de la dette extérieure de 9% a été enregistrée en 2004, passant de 126 milliards de DH en 2003 à 115,2 milliards (14 milliards de dollars). Cette diminution a été plus marquée pour la dette du Trésor (-11%) qui s’est établie à 70,5 milliards de DH, représentant 61% de la dette. Le taux d’endettement a été ramené de 30 à 26% du PIB entre 2003 et 2004. Celui de la dette du Trésor passe, lui, de 18,8 à 15,9% du PIB.Par créancier, cette dette est due à la BIRD (18%), la France (16%), la BEI (9%), la BAD (7%), le Japon (5,5%) et le FADES (5%). Les emprunts libellés en euro en représentent 60%, soit 4 points au détriment du dollar américain (22%). La dette en yen est restée stable aux alentours de 8%. Les taux d’intérêt fixes prédominent avec 67%, la dette à taux flottants étant de 24% et celle à taux semi-fixes (BIRD et BAD) de 9%. Le taux moyen de la dette ressort globalement à 3,65%, inchangé par rapport à 2003. Les charges se sont élevées à 22,9 milliards de DH contre 29,8 milliards en 2003. Les remboursements en principal concernent 18,4 milliards de DH et les intérêts 4,5 milliards.B. E. Y.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc