×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Le transfert de l’aérodrome Casa-Anfa sur les rails

Par L'Economiste | Edition N°:2133 Le 19/10/2005 | Partager

. Une équipe projet constituée et une société relais prévueLa wilaya du Grand Casablanca travaille d’arrache-pied pour que le transfert de l’aérodrome de Casa-Anfa vers Benslimane se fasse dans les plus brefs délais. Une réunion a été consacrée à ce sujet lundi 17 octobre. Toutes les parties concernées étaient présentes: la wilaya, la mairie, les départements de l’Equipement et du Transport, de l’Habitat, l’ONDA (Office national des aéroports), la RAM (Royal Air Maroc), les FAR (Forces armées royales) ainsi que la CDG (Caisse de dépôt et de gestion). “Les instructions royales sont claires. Elles concernent le transfert de l’aérodrome de Casa-Anfa à Benslimane, la création d’une agence spécifique qui veillera au transfert et à la mise en place d’un pôle urbain. Nous devons agir avec célérité et rapidité”, indique Mohammed Kabbaj, wali du Grand Casablanca. La réunion de travail ainsi initiée vise, selon les propres termes du wali “à se répartir la tâche et à tenir compte des expériences passées pour trouver la formule la plus adéquate”. Les autorités casablancaises ont à travailler sur deux fronts. Elles doivent en premier veiller à ce que les diverses institutions présentes sur l’aérodrome (RAM, ONDA, FAR) transfèrent leurs installations vers le site de Benslimane. Dans un deuxième temps, elles doivent concevoir le meilleur projet urbanistique pour les 350 hectares qui vont être dégagés. Pour réussir le challenge, les expériences de l’aménagement de la baie de Bouregreg et de Tanger Med ont été étudiées. Le directeur de la CDG, Mustapha Bakkouri, en a d’ailleurs exposé les grandes lignes. Ce sont des projets de grande envergure par leurs enjeux et leurs intervenants. “Pour le cas de Bouregreg, nous avions une équipe projet et deux groupes d’appui qui ont travaillé sur les différents scénarii possibles” affirme Bakkouri. Et d’ajouter, “quant à Tanger Med, celui-ci est un ouvrage public, c’est l’Etat qui devait le prendre en charge par le biais d’une agence qui, en fait, était une SA (société anonyme) de droit privé”. Les dimensions technique, institutionnelle et financière sont à prendre en compte. Et surtout, “la question du coût doit être examinée avant la mobilisation des financements”, souligne-t-il.Pour un autre intervenant, le schéma de Bouregreg est le plus proche sur le plan de l’aménagement même s’il présente de grandes différences au niveau du foncier. Celui-ci était, en fait, un “mix” qui regroupe les terrains des collectivités locales, de l’Etat, des habous et des terrains privés. A noter que cela a nécessité une longue étape d’expropriation. En ce qui concerne l’aéroport Casa-Anfa, le foncier est contrôlé par l’Etat. Mohamed Sajid, maire de la ville, tient toutefois à préciser que “le foncier n’est pas entièrement public et il y a des propriétés privées à prendre en considération”. Ces modèles étant exposés, les parties sont favorables à la création d’un comité de pilotage, une sorte d’équipe projet composée des parties présentes à la réunion. Celles-ci se sont d’ailleurs mises d’accord pour la création d’une société relais qui s’occupera des études.


Transfert d’activités

Délocaliser certaines activités vers l’aérodrome de Benslimane paraît plus problématique et risque de prendre beaucoup de temps. C’est le cas essentiellement pour certaines installations lourdes des FAR. “Il y a risque que le transfert prenne du temps ou que les installations soient abandonnées”, indique un représentant des FAR. Pour ce qui est du transfert des équipements et des installations de la RAM et de l’ONDA, le département de l’Equipement estime le coût prévisionnel à 266,5 millions de DH.Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc