×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le tourisme dans une zone de turbulences

Par L'Economiste | Edition N°:2908 Le 25/11/2008 | Partager

. Sa croissance devrait ralentir à 2% en 2008. Les perspectives pour 2009 inquiétantesLE tourisme international est touché à son tour par la crise. Après quatre années d’envolée, ce secteur s’est fait couper les ailes par la crise financière. Sa croissance devrait ralentir à 2% en 2008 et tourner autour de zéro en 2009, prévoit l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). «Le tourisme vit un des plus sévères revers de son histoire», a déclaré le sous-secrétaire général de l’OMT, Geoffrey Lipman. «Les perspectives pour 2009 sont inquiétantes, nous ne prévoyons pas de reprise au premier semestre». L’an dernier, 903 millions de touristes ont voyagé à travers le monde, soit 6,6% de plus qu’en 2006, un résultat supérieur aux attentes. Malgré la crise, l’OMT, qui dépend des Nations unies, maintient ses prévisions à long terme, tablant toujours sur 1,6 milliard de touristes en 2020. Certes moins affecté que l’immobilier, la construction ou l’automobile, le tourisme est frappé de plein fouet par la récession des pays industrialisés. Mais, selon l’OMT, «quand l’activité repart, c’est aussi le premier secteur à rebondir». «Les touristes ne vont pas forcément renoncer aux voyages, mais ils auront davantage recours à des compagnies low cost, opteront pour des destinations plus proches et auront tendance à raccourcir leurs séjours», a expliqué Lipman. Les voyages d’affaires sont particulièrement touchés. D’autant plus que les entreprises, surtout dans le secteur financier et bancaire, ont resserré leurs budgets et réduit le nombre des séminaires et conférences. Après une hausse soutenue de 5,7% sur les quatre premiers mois de 2008 et un pic de 7% en mai, la croissance du tourisme international a commencé à se tasser à partir de juin (1,5%). Sur les huit premiers mois, le marché a crû de 3,7%, mais devrait se dégrader nettement par la suite. La chute est particulièrement sensible en Asie-Pacifique, en plein boom jusqu’en mars (+7% sur 18 mois), avant de ralentir nettement en juin et voir ses arrivées internationales diminuer de 2% en août. Le taux de progression de l’Afrique a été divisé par deux, à 3,2% sur huit mois. L’activité en Europe tourne également au ralenti (+1,7% sur huit mois), après avoir crû de 5% en moyenne ces deux dernières années. Première destination mondiale avec 81,9 millions de touristes en 2007, la France n’est pas épargnée par la crise: sur les sept premiers mois de l’année, le nombre de visiteurs a reculé de 0,6%. Les arrivées internationales ont nettement diminué en juin (-3,3%) et juillet (-2,8%). Son principal rival en Europe, l’Espagne, broie également du noir, subissant un recul de 0,9% sur neuf mois, une baisse de 8% en juillet, en pleine haute saison. D’autres destinations ont été jusqu’ici mieux loties: profitant du dollar faible, les Etats-Unis ont attiré 9,5% de touristes de plus depuis le début de l’année. Le tourisme continue aussi à battre son plein au Moyen-Orient, en hausse de 17,3%.


Plan de relance

UNE conférence régionale d’experts et de ministres de l’OMT consacrée à la crise et à l’environnement s’est tenue dimanche 23 et lundi 24 novembre à Charm-el-Cheikh en Egypte, qui veut se transformer en destination «verte», à l’instar du Sri Lanka. Parmi les réponses possibles à la crise, Lipman a cité un «moratoire sur les taxes liées aux voyages»: «Les gouvernements doivent se rendre compte que ce n’est pas le moment d’alourdir le fardeau des entreprises». Le tourisme, a-t-il estimé, devrait être «parmi les premiers secteurs à bénéficier de plans de relance prévoyant notamment le développement des infrastructures».F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc