×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le statut des agriculteurs s’améliore

    Par L'Economiste | Edition N°:3168 Le 11/12/2009 | Partager

    . Révision à la hausse des aides et primes à l’investis-sement. 11 arrêtés et 3 décrets signés par les ministres concernésBONNE nouvelle pour le monde agricole. La refonte du système de subventions est entrée dans sa phase de concrétisation. Les ministres en charge des Finances et de l’Agriculture ont signé jeudi dernier les décrets et arrêtés révisant à la hausse l’ensemble des subventions et primes à l’investissement servies par le Fonds de développement agricole. Cette révision a pour finalité d’accompagner la mise en œuvre du Plan Maroc vert et notamment les filières contractantes avec le gouvernement ainsi que les projets d’agrégation des petits producteurs. «Elle s’inscrit donc en conformité avec les engagements pris par l’Etat dans le cadre des contrats-programmes», souligne-t-on auprès du département de l’Agriculture. En tout, 11 arrêtés et 3 décrets ont été signés en présence des chefs de file des professions concernées. Ces textes ciblent les aides à accorder au matériel agricole, l’irrigation, les cultures alternatives (olivier), la valorisation et l’encadrement professionnel.L’économie d’eau vient en tête des priorités. Le taux de subvention des techniques d’irrigation localisée est ainsi fixé à 80% pour l’ensemble des agriculteurs. Il s’élève à 100% pour les petits agriculteurs (moins de 5 ha), les coopératives et les producteurs organisés dans des projets d’agrégation. C’est donc une révolution dans la mesure où l’irrigation localisée est pratiquement érigée en service public pour les petits exploitants et autres agrégés. Quant aux incitations accordées aux projets de plantation d’oliviers, elles sont de 6.000 DH/ha pour les exploitations irriguées par système localisé et 3.500 DH/ha pour celles conduites en bour ou arrosées autrement que par le goutte-à-goutte. La valorisation n’est pas en reste. Tous les projets agro-industriels visés par les contrats-programmes seront soutenus à raison de 10% du coût de l’investissement. Pour le matériel agricole, la nouveauté réside dans l’élargissement de la liste des engins éligibles au soutien de l’Etat. C’est ainsi que les récolteuses des cultures sucrières, les vibreurs mécaniques et enjambeurs de cueillette d’olives vont bénéficier à leur tour d’un taux de 30%. Le même traitement d’élargissement de la liste est appliqué à l’élevage: les systèmes de refroidissement des bâtiments d’élevage est subventionné à hauteur de 30%. Alors que les bâtiments d’élevage vont bénéficier d’une aide représentant 25% du coût de l’investissement. Ceci, sans oublier le soutien apporté à l’importation de génisses (4.000 DH/tête) et la production de veaux issus de croisement industriel (2.500 DH/tête). Enfin, les primeuristes vont bénéficier d’une aide représentant 60% du prix d’acquisition des produits de piégeage de l’insecte ravageur de la tomate dénommé Tuta Absoluta.


    Guichets uniques

    LES guichets uniques mis en place au niveau régional seront assistés par des solutions informatiques initiées par le département de l’Agriculture. L’objectif est d’assurer plus de célérité dans le traitement des dossiers. Depuis leur installation en 2008, au niveau de certains offices de mise en valeur agricole, ces guichets ont fait preuve d’un rendement appréciable.A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc