×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le sommet européen d’Hampton Court sous le signe de la mondialisation

Par L'Economiste | Edition N°:2140 Le 28/10/2005 | Partager

. Trouver un accord sur la bonne direction économique, un des objectifs de Blair C’est hier jeudi 27 octobre que les dirigeants européens se sont réunis au palais de Hampton Court près de Londres. Objectif: discuter des défis de la mondialisation, un exercice qui se veut consensuel et entend renvoyer à plus tard les arbitrages difficiles sur le budget européen. Cette rencontre informelle d’une journée, organisée à l’initiative du Premier ministre Tony Blair dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, doit durer en tout et pour tout huit heures. Si Blair est exaucé, ils devraient éviter de parler des sujets qui fâchent, notamment le futur budget de l’Union européenne (UE) 2007-2013. Dans un coup de patte à Blair, le Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, a de son côté jugé que ce sommet était «nécessaire après quatre mois de silence» de la présidence britannique de l’UE. Et il a estimé que la question du budget serait probablement évoquée «dans les couloirs». Après une brève introduction par Blair, Barroso devait esquisser le cadre des discussions, sur la base du document de travail publié par la Commission. Le haut représentant pour la politique étrangère de l’UE, Javier Solana, devait ensuite évoquer la contribution européenne à la sécurité internationale, avant le début de la première séance de travail. Alors que deux visions s’opposent au sein de l’Europe, l’une plus «libérale» et l’autre plus politique et sociale, Blair a répété, mercredi 26 octobre, ses objectifs devant le Parlement européen à Strasbourg, d’ici la fin de la présidence britannique de l’UE en décembre. Il s’agit d’abord, a-t-il dit, de «trouver un accord sur la bonne direction économique de l’Europe, puis de définir de nouvelles priorités d’action et enfin, sur cette base, parvenir à un accord budgétaire lors du sommet de décembre». Le Premier ministre a détaillé cinq «domaines prioritaires» de travail pour l’UE: la recherche et le développement, l’énergie, les universités, l’immigration et les questions de l’organisation du travail. Il a également repris la proposition de la Commission européenne de création d’un «fonds d’ajustement à la mondialisation» pour aider les salariés touchés par les restructurations d’entreprises. Synthèse l’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]miste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc