×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Le ravitaillement des réfugiés du Timor démarre demain

    Par L'Economiste | Edition N°:597 Le 17/09/1999 | Partager

    · 300.000 rations alimentaires à larguer tous les jours

    La première priorité pour pouvoir secourir la population est-timoraise n'est pas l'acheminement de l'aide internationale, mais le rétablissement de la sécurité sur le terrain, estiment des analystes. Dans les conditions actuelles, toute aide, qui arriverait à Dili, tomberait immédiatement sous le contrôle des soldats et des miliciens indonésiens. Les premiers largages de nourriture en faveur des réfugiés affamés cachés dans les montagnes du Timor-oriental débuteront demain à partir de l'Australie où l'armée effectue les derniers préparatifs en vue d'une intervention dans le cadre de la force de maintien de la paix. Il s'agit de larguer 300.000 rations alimentaires chaque jour.

    Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef) a annoncé hier qu'il mettait en place une unité à Darwin (en Australie) afin d'être en mesure dès les 18 et 19 septembre d'apporter des secours dans les camps du Timor-occidental. Selon les responsables des Nations Unies, quelque 400.000 Est-Timorais ont été déplacés et beaucoup d'entre eux se sont réfugiés dans les montagnes et les forêts où ils survivent en mangeant des feuilles et des racines. La population du Timor-oriental s'élevait à 800.000 personnes au moment de l'organisation du scrutin qui, ayant donné une large majorité en faveur de l'indépendance, a déclenché le massacre et l'anarchie qui a déchiré la province depuis.
    Le Premier ministre australien n'exclut pas le risque de pertes humaines au moment du déploiement de la force de maintien de la paix placée sous la direction australienne. Cette force multinationale de 5.000 à 7.000 hommes, qui doit commencer à prendre position au Timor-oriental le week-end prochain, a été autorisée par une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies votée dans la nuit de mardi à mercredi. La Présidence française a annoncé hier que la France participerait à hauteur de 500 hommes environ à la force multinationale au Timor-oriental.

    Hicham RAÏQ (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc