×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le progrès social dans l'intérêt des entreprises
Entretien avec Nicole Notat, présidente de Vigeo

Par L'Economiste | Edition N°:1749 Le 16/04/2004 | Partager

. Ancienne “patronne” de la CFDT, le plus grand des syndicats français, Nicole Notat a créé, il y a deux ans, une entreprise privée, Vigeo. C'est un bureau de notation sociale, qui vient d'ailleurs de noter Lydec. Au sein de la CFDT, Nicole Notat avait considérablement fait changer l'action syndicale: “Résister, contester mais surtout proposer”, avait-elle confié aux lecteurs de L'Economiste (www.leconomiste.com; 10 octobre 1996). Mais c'est une stratégie difficile à tenir: après son départ, son syndicat est revenu à l'attitude unique de contestation. Au sein de Vigeo, qui s'intéresse au Maroc du fait de la présence dans son état-major de Fouad Benseddik, un ancien cadre de la CNSS, Nicole Notat est passée à une autre forme d'action pour le progrès social, la notation.- L'Economiste: Quel effet cela fait-il de passer du syndicalisme au management d'une entreprise? N'avez-vous pas un petit goût de trahison?- Nicole Notat: On a tellement écrit que j'étais la «patronne» de la CFDT... Contrairement aux idées reçues, une organisation syndicale, ça se gère aussi. J'ai tenu à ce que Vigeo soit une entreprise de droit privé; être un acteur du marché est un atout. Evaluer et noter la responsabilité sociale des entreprises, c'est mesurer leurs risques managériaux vis-à-vis des attentes et des intérêts de leurs parties prenantes: salariés, actionnaires, clients, fournisseurs, territoires d'implantation et milieu naturel, société civile. Mais c'est aussi postuler qu'une sérieuse prise en compte des intérêts en question est un facteur de création de valeur pour les entreprises elles-mêmes, ainsi que de sécurité et de rentabilité durables pour les épargnants. J'ai créé Vigeo avec la conviction que la notation contribuera à l'évolution des comportements des entreprises. A ce titre, je n'aurais fait que prolonger mon engagement en faveur de la transformation sociale.. Le Maroc, le plus avancé de la région- En quoi est-il opportun de s'intéresser à un pays comme le Maroc, lequel n'est pas en avance en matière sociale?- J'observe que ce pays vient de ratifier la Convention 135 de l'OIT, qui assure un haut niveau de protection de la liberté syndicale. La prise de conscience des enjeux environnementaux, même si elle ne fait que démarrer, est ici une des plus avancées de la région. C'est un pays qui a choisi l'ouverture et la compétition sur le marché mondial. Les filiales des multinationales implantées ici engagent, par le contenu de leurs comportements sociaux, sociétaux et environnementaux, la réputation de leurs groupes à l'échelle mondiale. Elles sont comptables de la responsabilité sociale de leurs maisons mères. Il en sera de même pour les entreprises, y compris de taille moyenne, qu'elles soient exportatrices, ou bien sous et cotraitantes de grandes firmes, car leur sélection sera d'autant plus favorisée qu'elles seront elles-mêmes attentives à de bonnes pratiques sociales et environnementales. Il y a là de vrais défis et des motifs d'optimisme. Ayant eu l'occasion d'en discuter avec des responsables économiques et politiques, j'ai pu mesurer leur ouverture et leur intérêt à l'égard de ce type de démarche. Le Maroc compte des entreprises en mesure d'impulser, dans leur propre intérêt, des dynamiques de progrès.- Pour faire avancer les normes sociales, qu'est-ce qui est le plus efficace sur le terrain, l'action syndicale ou la notation?- L'action syndicale met en lien les salariés avec les employeurs et les pouvoirs publics. Ces trois acteurs ont un rôle irremplaçable. La notation sociale n'a pas vocation à se substituer à eux dans la production des règlements, conventions et accords collectifs. Elle répond à un besoin croissant d'évaluation indépendante de la responsabilité sociale des entreprises. A un moment où ces dernières sont mises à l'épreuve de la transparence et de leur crédibilité sur cette question. - Les agences de notation sont payées par les entreprises, cela ne gêne-t-il pas vos investigations? Comment vous protégez-vous de cette dépendance financière?- Les agences de notation financière ont toujours été rémunérées par les entreprises. La notation sociale destinée à la sélection de valeurs socialement responsables par les gérants d'actifs est payée par ces derniers. Quant à la notation réalisée à la demande des entreprises, elle est rémunérée par ces dernières. L'indépendance d'une société comme la nôtre est la condition de son développement et de sa crédibilité. Nos règles de déontologie sont strictes là-dessus.- D'un pays à l'autre, les notations sociales doivent-elles rester uniformes ou bien être modulées, et comment?- Les entreprises opèrent sur un marché globalisé mais sans gouvernance instituée. Ce qui ne signifie pas qu'il n'existe pas des principes et des standards qui leur soient universellement opposables. Notre référentiel de notation porte sur une quarantaine de critères répartis en six domaines: droits humains, ressources humaines, gouvernement d'entreprise, clients/fournisseurs, environnement, engagement sociétal. Chaque critère correspond à des facteurs de risques d'autant plus critiques pour les entreprises qu'ils correspondent à des objectifs énoncés par les institutions internationales (ONU, OIT, OCDE, UE, etc.). Nos critères sont pondérés selon les secteurs et les pays d'implantation des entreprises sous revue.Propos recueillis par Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc