×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le prix des batteries s’enflamme

Par L'Economiste | Edition N°:2684 Le 02/01/2008 | Partager

. 50 à 100% de hausse. A l’origine, pénurie de plomb au niveau mondial. La Chine et l’Inde absorbent 50% de la production Le prix des batteries a quasiment doublé. Les fabricants sont unanimes, cette hausse est essentiellement liée à celle du cours mondial du plomb. Mais les professionnels tempèrent. Ils précisent qu’elle a été étalée dans le temps. «Elle a débuté en 2004», indique-t-on au sein de Kaufman Bosh . Toutefois, le prix du plomb a atteint de grandes proportions en début d’année pour augmenter de 50%. En effet, «c’est la troisième hausse sur les trois dernières années», est-il relevé au sein de Kaufman Bosh. «Composant essentiel dans la production de batteries, le plomb est en pénurie mondiale depuis le début de l’année», est-il précisé au sein de Nexans. «De plus, les fournisseurs nous imposent des quotas», est-il ajouté. Sachant que la demande mondiale en plomb est de 20% en 2007. Elle n’était que de 2% en 2004. Pour rappel, les batteries sont composées à 70% de plomb. «Leur prix a atteint des proportions hallucinantes», affirme un équipementier automobile. En effet, les tarifs de vente oscillent actuellement entre 850 et 1.800 DH selon les calibres. Soit une hausse de 50 à 100%.Les raisons qui expliquent ce constat sont nombreuses. Certains évoquent la frénésie chinoise pour les batteries, «la Chine et l’Inde absorbent près de 50% de la production mondiale», fait-on observer au sein de Nexans. D’autres pensent que le marché s’est refermé et qu’il n’est contrôlé que par quelques grands groupes. À noter quelques rachats et/ou fermeture d’usines. En témoigne, la fermeture en Australie en 2007 de la mine Magellan, la plus grande mine du monde (3% de la production mondiale) ainsi que l’explosion d’une raffinerie aux Etats-Unis.Les spécialistes sont tous d’accord, «le plomb est un métal dont le prix de vente reste cyclique», indique un fabricant. Il est coté à la Bourse des métaux de Londres. Son cours a évolué de 400 dollars (soit l’équivalent de 3.200 DH) à 3.665 dollars (29.400 DH) la tonne, sur les dix dernières années. En termes de production de plomb, le Maroc est un pays exportateur. Il compte pas moins de trois usines de fabrication de plomb employant plus de 100 salariés chacune pour une production essentiellement exportée. «Même si nous produisons du plomb localement pour l’export, nous l’achetons sur place au cours mondial», note-t-on au sein de Nexans. En dépit de perspectives peu avenantes, «une baisse du cours du plomb en octobre a été constatée. Elle a été suivie par une stagnation en novembre et décembre. Ce qui a permis une stabilisation du prix», révèle-t-on chez Nexans. Toutefois, le spectre d’une nouvelle hausse en janvier persiste. My Ahmed BELGHITI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc