×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Le premier jour de Makro à Rabat

    Par L'Economiste | Edition N°:13 Le 23/01/1992 | Partager

    QUATRE mois après l'ouverture de son premier magasin, Makro inaugure son deuxième établissement à Salé. La célèbre chaîne de distribution ne compte pas s'arrêter là. Un troisième magasin sera ouvert en septembre à Aïn Sebaa. En plus Makro est à la recherche d'un terrain à Fes pour construire un quatrième magasin.
    C'est Dans une ambiance de fête que s'est déroulée la cérémonie inaugurale du magasin de Makro à Rabat. Fantasia, Chikhate et Troupes Folkloriques étaient au programme pour l'animation. Côté invités, trois ministres, un conseiller de S.M. le Roi et deux ambassadeurs, ainsi que plusieurs personnalités, ont assisté à cette inauguration officielle. Dans son allocution le directeur général de Makro-Maroc, M. Renders déclare «nous sommes prêts à investir dans le quatrième magasin à Fes».
    Un peu plus de 4 mois après l'ouverture du premier magasin Makro, M. Renders estime avoir tenu un pari, celui d'avoir travaillé avec une équipe entièrement marocaine , jeune et sans expérience, partie avec un effectif de cinq personnes au 1 Janvier 1991, Makro emploie à ce jour 800 personnes. Dans son allocation, M. Renders précise «nous ne sommes pas des importateurs, ni des fournisseurs, nous sommes des distributeurs».

    Il conclut son discours en donnant rendez-vous à l'assistance au mois de Septembre pour l'ouverture du troisième magasin à Aïn Sebaâ (Casablanca).
    Samedi 18 Janvier, il est 5h50 du matin et le jour ne s'est pas encore levé. Le froid ne semble pas déranger quelques dizaines de personnes venues pour l'occasion. A 6h Makro ouvre ses portes tout le monde se précipite pour entrer. Le contrôle est plus strict qu'à Casablanca. En effet, en plus de la carte Makro, la carte d'identité nationale est désormais exigée. Du coup plusieurs personnes ne portant pas leur CIN se voient refuser l'entrée au magasin. A 6h30 déjà près de cent voitures sont stationnées au parking. A l'intérieur des petites files commencent à se constituer auprès des caisses.
    Toutefois le passage est rapidement assuré et aucune plainte de la part des clients n'est enregistrée. M. Renders nous déclarera plus tard «nous avons beaucoup appris à Casablanca et nous évitons de commettre les mêmes erreurs». Les premières produits achetés sont ceux de grande consommation. Une demi heure à peine après son ouverture, des personnes commencent à quitter le magasin avec des caddies surchargés. Dès 6h du matin tout le personnel était mobilisé. Les responsables et directeurs étaient aussi à pied d'oeuvre donnant des consignes à leur employés. A l'extérieur une jeune fille, aux cheveux bonds en tenue de sport parcourt le parking en petite foulée pour récupérer les caddies délaissés par les clients. Renseignement pris, il s'agit de la fille du directeur général de Makro.

    Makro a investi près de 115 millions de Dirhams pour son magasin à Salé. La surface de vente est de 10.000m2. L'effectif est de 330 personnes toutes de nationalité marocaine dont 20 cadres. M. Renders estime que la période de démarrage s'est passée dans de très bonnes conditions «le marché marocain répond favorablement à notre concept». Il constate une volonté de travail en partenariat chez les fournisseurs marocains. Interrogé sur l'impact de Makro sur le système de distribution au Maroc, il répond qu'il y aura sans doute des répercussions sur les grossistes. Mais pour lui, ces derniers doivent tenir compte d'un nouvel arrivant.
    Toutefois, rajoute «ces grossistes peuvent facilement cohabiter avec nous». Ils ont leur propres atouts: le crédit, des clients fidélisés et le service de livraison. Makro ne peut pas proposer des prix plus bas comme le souhaitent certains. «Nous n'allons pas vendre à perte, et puis nous ne voulons pas nous créer des ennemis». L'objectif de Makro est de proposer des prix corrects et de les maintenir sans les augmenter plus tard.

    Concernant les salaires du personnel, le directeur général de Makro affirme rémunérer à 25% de plus de la moyenne des salaires offerts sur le marché. Le personnel qui travaille à Rabat a été formé au magasin de Makro à Casablanca. Si le système de distribution à Rabat est plus moderne, et que la capitale dispose de plusieurs supermarchés, M. Renders affirme n'en avoir pas profité pour recruter du personnel travaillant dans ces établissements. «On ne débauche pas chez les distributeurs, nous avons eu l'occasion de former notre personnel chez nous», il rajoute que la formation d'un supermarché est différente d'un cash and carry. Makro s'attend à ce qu'il y ait des différences dans les proportions des produits vendus à Rabat et à Casablanca. Ceci est sans doute en raison des spécificités des marchés et des différences de consommation d'une région à une autre.

    Nabil CHAKOR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc