×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le Plan réhabilité

    Par L'Economiste | Edition N°:324 Le 02/04/1998 | Partager

    Le Plan sort des oubliettes La vision est nouvelle, mais les contraintes institutionnelles restent identiques.


    LE nouveau gouvernement compte bien réanimer le Plan. Il n'a pas hésité à marquer sa détermination en rebaptisant l'ancien Ministère de la Population qui devient ainsi Ministère de la Prévision Economique et du Plan. En fait, le Plan avait déjà été réhabilité en octobre 1995 par S.M. le Roi lors de l'ouverture de la session d'automne du Parlement. Mais du fait de l'inachèvement du cadre institutionnel, l'ancienne équipe ne l'avait pas inscrit à l'ordre du jour de ses priorités. Les différents départements ministériels et principalement les plus gros craignaient l'ingérence d'un coordinateur dans leurs actions. La réalité est que les départements acceptaient mal d'avoir à gérer deux contraintes: le Plan et leur propre programme.
    Nouvelle équipe, nouvel état d'esprit. «Les deux grandes priorités à portée immédiate sont de relancer la préparation du prochain Plan de Développement Economique et social d'une part, et d'oeuvrer en vue de faciliter l'élaboration des plans régionaux, prévus par la loi relative à l'organisation de la région d'autre part», déclare M. Abdelhamid Aouad, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Prévision Economique et du Plan. Il poursuit: «La réhabilitation du Plan et du Département qui en a la charge en tant qu'instance gouvernementale reflète l'urgence de l'action à mener».

    Il est clair que la création d'un Ministère à part entière pour cette tâche traduit la volonté du gouvernement de dépasser les divergences sur la stratégie d'approche de la planification.
    Néanmoins, la tâche ne va pas être aisée. Il faudra préalablement parachever le cadre institutionnel nécessaire à la préparation du Plan. Le Conseil Supérieur de la Promotion Nationale et du Plan prévu par l'article 32 de la Constitution n'est toujours pas prêt. la loi organique devant fixer les attributions et les fonctions de ce Conseil est en cours d'élaboration.

    Budgets économiques


    La vision de la planification de la nouvelle équipe se démarque de celle de l'ancien gouvernement.
    En dépit de son passage au Plan dans les années 60, le nouveau ministre a une vision moderne de la planification.
    Dans son programme d'action, il prévoit pour cela la mise en place d'instruments jugés appropriés. Il s'agit essentiellement d'instituer un système de programmation à court terme, de renforcer la procédure d'évaluation et de sélection des projets de développement, de développer l'activité de suivi du Plan. il est enfin question de promouvoir le volet régional de la planification, notamment par la création de structures administratives à même de contribuer à la réalisation de cet objectif.
    Cette nouvelle vision donne à l'élaboration des budgets économiques une importance fondamentale. «Ces derniers présentent en effet l'avantage d'établir la liaison entre le Plan et la Loi de Finances», souligne M. Aouad. Dans sa nouvelle conception, il définit le budget économique comme un ensemble de comptes prévisionnels, décrivant pour une période donnée, en général une ou deux années, les prévisions relatives aux différents agents économiques. C'est donc un outil de prévision et d'analyse susceptible «d'éclairer les décideurs sur le choix et l'impact de politiques économiques et sociales».

    Une fois le Conseil Supérieur de la Promotion Nationale et du Plan et la nouvelle vision de la planification mis en place, il s'agira ensuite d'arrêter un calendrier pour le démarrage des travaux de préparation du Plan.
    L'autre grand chantier de ce Ministère concerne le système d'information économique et social. Une stratégie de développement a été élaborée. Sa mise en oeuvre passe par la réforme des comptes de la Nation et la mise en place progressive de la nouvelle norme mondiale de comptabilité nationale. Elle implique également une révision des indices statistiques actuels et l'adoption d'un programme de développement des activités de production et d'analyse statistique.
    Il est prévu d'ailleurs d'inscrire ce système d'information dans le programme d'action pour l'exercice budgétaire 1998/1999.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc