×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Le plan de sauvetage de General Tire suspendu au volet social

Par L'Economiste | Edition N°:986 Le 30/03/2001 | Partager

. Le consensus sur ce volet n'a pas encore été obtenu. Les actionnaires marocains participeraient à hauteur de 30 millions de DH, alors que Continental pourrait transformer sa créance auprès de la société en prêt Plus que quelques semaines avant la mise en place du plan de sauvetage de General Tire. Les différents points contenus dans ce plan semblent avoir la faveur de l'Administration et des parties concernées et ce, à l'exception de l'UMT qui n'a pas encore tranché. D'ailleurs, la mise en application de ce plan reste conditionnée par le consensus sur le volet social. Jusque-là, plus d'une dizaine de points ont été discutés. Et la faible contribution du groupe Continental à ce plan reste le principal constat qui se dégage et ce, en dépit des promesses faites par le groupe allemand de maintenir son activité au Maroc. D'autant qu'il est proposé aux actionnaire marocains de participer à la réalisation du plan de redressement par un apport de 30 millions de DH sous réserve que Continental transforme en prêt sa créance actuelle auprès du fabricant de pneus. De même, il est demandé aux banques partenaires de la société de soutenir le redressement par l'octroi d'un crédit de 200 millions de DH. Ce n'est pas tout. Cette ligne de crédit pourrait être revue à la baisse dans le cas où un prêt de 50 millions de DH est accordé à la société avec des taux d'intérêts préférentiels. L'Administration des Douanes et des Impôts Indirects est également prête à mettre la main à la pâte. Il s'agit là non seulement de lutter contre la contrebande qui pénalise la société et qui lui permettrait de réaliser un chiffre d'affaires additionnel de l'ordre de 30 à 40 millions de DH, mais également d'accorder des allégements douaniers. Ainsi, le plan prévoit la baisse de 2,5% des droits d'importation sur la matière première et certains consommables ainsi que la suppression de la TIC. Pour l'heure, la finalisation du plan de sauvetage reste conditionnée par la réussite des discussions sur le volet social. En réalité, la commission sociale chargée d'examiner les propositions du groupe sur cet aspect n'a pas encore achevé ses travaux. Des désaccords sur de nombreux points subsistent entre la centrale de Mahjoub Bensseddik et le management de General Tire. Et l'UMT s'apprête à remettre bientôt ses propositions sur ces points. Parmi ces derniers, figure la gratification annuelle. La Direction propose de stopper son paiement pour l'année 2000 et ce, conformément à l'article 89 de la convention collective, lequel conditionne son octroi aux résultats de la société. En revanche, le syndicat estime que son paiement devrait s'effectuer sans tenir compte du résultat. Pour l'année en cours, General Tire est favorable à un amendement de l'article 89 de la convention collective qui précise les conditions d'octroi de cette gratification. Le fabricant de pneus estime que son paiement ne pourrait s'effectuer que si le résultat net après impôts est égal au moins au double du montant de la gratification de l'ensemble du personnel.Autre point sur lequel les deux parties n'arrivent pas à se mettre d'accord, la réduction de l'effectif de l'entreprise. La société prévoit de désigner les personnes dont elle voudrait se séparer. Pour les salariés âgés de moins de 57 ans, General Tire compte verser l'indemnité légale majorée de 50%. En revanche, les personnes âgées de 57 ans et plus pourraient bénéficier du rachat des points CIMR et d'un mois de salaire par année restante. Toutefois, l'UMT a une vision différente de la compression du personnel à opérer. D'abord, le syndicat tient à ce que les départs soient volontaires. Ensuite, il propose que pour les salariés, âgés de moins de 40 ans, la société verse deux mois et demi de salaire moyen net par année d'ancienneté ainsi que l'indemnité légale. Enfin, la centrale estime que ceux qui font partie de la tranche d'âge allant de 46 à 56 ans devraient bénéficier de deux mois de salaire moyen net par année d'ancienneté. Toutefois, un accord a été obtenu pour la catégorie du personnel âgé de 57 ans et plus, soit le rachat des points CIMR en plus d'un mois de salaire par année de travail restante.


150 grammes de viande

General Tire, dont l'activité est en arrêt depuis le mois de décembre dernier, propose la mise en place d'une convention collective modernisée. Celle-ci devrait se baser sur les minimums légaux et ce, en transformant certains avantages en “gain sharing system”. La société a proposé le remplacement de l'indexation automatique des salaires au coût de la vie par une augmentation annuelle négociée. En revanche, le syndicat considère qu'il faut la geler pour 2001, et accorder 50% pour 2002 et 2003. Cette dernière option a été acceptée par les deux parties. Concernant la cafétéria, aucun accord n'a été conclu. General Tire propose que la participation à parts égales entre salariés et entreprise permettrait une économie de 2 millions de DH par an. La société est également favorable à la suppression de la cantine et son remplacement par une prime de panier de 10 DH/jour. De son côté, le syndicat est pour le maintien de la cantine. Il propose également la réduction à 150 grammes la quantité de viande servie contre 250.Khadija MASMOUDI


. Trois camions d'agrumes refoulés en EspagneLes services de contrôle espagnols du port d'Almeria viennent de refouler le 28 mars trois cargaisons d'oranges tardives du Maroc. Selon un communiqué de l'ASPAM (Association des Producteurs et Exportateurs d'Agrumes du Maroc, les services «Sanidad», qui ont opéré ce refoulement, sont en principe chargés du contrôle sanitaire des produits importés qui transitent par le port. Ces services, poursuit l'ASPAM, ont avancé comme motif de refoulement «la non-conformité du calibre» des oranges marocaines. Or, est-il indiqué, «les marchandises en question ont subi au départ du port de Nador tous les contrôles réglementaires conformes à la législation de l'Union Européenne en la matière aussi bien en ce qui concerne les normes sanitaires, le calibrage, la coloration, le pourcentage de jus...». Une partie des oranges incriminées a été d'ailleurs expédiée dans des emballages en plastique importés directement d'Espagne, ajoute l'Association. Cette dernière «dénonce les manoeuvres des services espagnols qui ne sont que des représailles déguisées de la part de l'Espagne en réaction au non-renouvellement de l'accord de pêche entre le Maroc et l'UE...». L'ASPAM demande au gouvernement marocain «d'intervenir auprès des autorités espagnoles et des instances communautaires européennes afin que l'Espagne puisse garantir le transit des produits marocains par le territoire espagnol dans les meilleures conditions».. Le guichet unique de Casablanca n'a pas démarréLe démarrage du Guichet régional de l'innvestissement de Casablanca, prévu avant-hier mercredi 28 mars, n'a finalement pas eu lieu. L'inauguration a ainsi été reportée à une date ultérieure et ce, pour des raisons de “calendrier”, est-il indiqué auprès de la Wilaya de Casablanca. Rappelons que ledit guichet se propose de regrouper l'ensemble des formalités administratives et fiscales nécessaires pour chaque projet d'investis- sement. . Journée nationale des handicapés La journée nationale des personnes handicapées est célébrée aujourd'hui 30 mars, sous le signe «la santé psychologique... Non à l'exclusion, oui aux soins». Le Ministère chargé de la Condition Féminine, de la Protection de la Famille et de l'Enfance et de l'Insertion des Handicapés a précisé que le thème de cette journée obéit aux recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et tente de jeter la lumière sur les handicaps et les maladies mentales.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc