×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Le plan de restructuration de Goodyear contesté

Par L'Economiste | Edition N°:958 Le 15/02/2001 | Partager

. L'UMT dénonce le licenciement “abusif” de 137 temporaires qui ont à leur actif 3 à 14 années de travail au sein de la société. La compression du personnel a été refusée par le gouverneurLa tension au sein du secteur du pneumatique monte d'un cran. Après General Tire, c'est au tour de Goodyear d'être dans la tourmente. «Pour être plus compétitive et faire face à la mondialisation, la société a présenté un plan de restructuration. Ce plan porte notamment sur le licenciement de 137 temporaires et 94 salariés permanents», indique une source proche du dossier. La demande de compression du personnel, que Goodyear a soumis au gouverneur d'Aïn Sebâa, a essuyé un refus. «Ce qui n'a pas empêché la société d'opérer un licenciement collectif des temporaires sous prétexte que les salariés s'étaient absentés», est-il indiqué. Contactée à plusieurs reprises par L'Economiste, la Direction générale de Goodyear était injoignable. De son côté, le Syndicat Unique des Produits Chimiques, affilié à l'UMT, crie à la violation de la loi. «Alors que les négociations étaient en cours sur la situation des temporaire et ce, en présence des autorités et des services de la Préfecture et de la Délégation de l'Emploi de Sidi Bernoussi, nous avons été surpris par la décision de licenciement de ces travailleurs», souligne ce syndicat. Et de poursuivre que «c'est une violation flagrante des lois en vigueur et des accords que la société a passés avec le bureau syndical de Goodyear». En réalité, le syndicat essayait de négocier la régularisation de la situation des salariés temporaires. “Ces derniers n'avaient même pas de bulletin de paie. Et la société leur a proposés un contrat de travail à durée déterminée dans lequel elle dispose de la possibilité de les licencier à tout moment. Ce qui a été refusé par le syndicat”, précise l'UMT. Cette centrale qualifie ce licenciement d'abusif, car les temporaires comptent à leur actif entre 3 et 14 années de travail. «Conformément à la législation du travail, les temporaires devaient être titularisés après une année de travail continu au sein de la société. Ils devaient également bénéficier de la sécurité sociale», soutient un haut responsable de l'UMT. Selon lui, “Goodyear a également procédé au remplacement des occasionnels et 80 nouveaux salariés ont été embauchés”. Pour l'heure, le Syndicat et la Direction de Goodyear se sont réunis mercredi 7 février au niveau du Département de l'Emploi. Mais aucune avancée n'a été enregistrée sur ce dossier qui sera soumis à la Primature.Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc