×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Le personnel de l’Energie se rebiffe

Par L'Economiste | Edition N°:2005 Le 22/04/2005 | Partager

. Menace de grève nationale le 26 avril. L’ONE dit ne pas comprendreLa tension monte à la Fédération nationale des travailleurs de l’énergie (FNTE). Celle-ci brandit la menace d’une grève nationale, le 26 avril, annonce un communiqué de l’Union marocaine des travailleurs (UMT). La centrale de Mahjoub Benseddik y explique que «la grève est l’ultime recours du personnel de l’Energie pour sauvegarder ses droits sociaux après que toutes les tentatives de négociation aient échoué». Mohamed Tourkzi, secrétaire général de la FNTE, impute la détérioration de la situation à l’inflexibilité de la direction générale de l’ONE. «Celle-ci déploie tous les efforts pour entraver l’exercice de notre droit syndical», soutient-il. Contacté, l’Office national de l’électricité considère que «l’appel à la grève lancé par le personnel n’est pas justifié. Il l’est d’autant moins qu’il n’a jamais été question de remettre en question les acquis des salariés».Le problème remonte à juin 2004, explique Tourkzi, lorsque la direction générale de l’Office a refusé de reconnaître la Fédération qui venait d’élire ses instances. Celle-ci a sollicité la médiation du Premier ministre pour inciter l’ONE à être «moins extrémiste dans ses positions», indique la FNTE. Ce qui s’est avéré payant, de l’avis des travailleurs, puisque des réunions intermittentes ont eu lieu entre les deux parties pour discuter du cahier revendicatif. Sauf qu’elles n’ont abouti qu’à de «vagues promesses», indique le secrétaire général de la Fédération. . Les griefsLa direction générale de l’Office a, selon lui, monopolisé la décision sur des questions d’importance vitale pour le personnel. Ainsi, elle a procédé au transfert de la caisse interne de retraite au Régime collectif des allocations de retraite (RCAR) «sans consulter le personnel». Idem pour la répartition de l’enveloppe budgétaire allouée par le ministère des Finances au profit des salariés de l’ONE. La promotion interne est également un motif de mécontentement. «L’ONE est allé jusqu’à remettre en cause le statut du personnel», déplore Tourkzi. Et d’ajouter que «quelques actions d’intimidation du personnel syndical ont été également enregistrées dont des menaces de licenciement et de déchirement d’affiches». Face à cette situation, la Fédération affirme avoir tenté de contacter la direction générale de l’ONE à plusieurs reprises mais en vain. Silence radio également du côté des ministères de tutelle, de l’Intérieur ainsi que de la Primature. «Nous sommes conscients du caractère névralgique du secteur, c’est pourquoi, nous continuerons à déployer tous les efforts afin d’arriver à un compromis, conclut Tourkzi, la grève n’étant qu’une solution extrême».Morad EL KHEZZARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc