×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Le peintre du noir

Par L'Economiste | Edition N°:2796 Le 11/06/2008 | Partager

. Ennadre expose ses œuvres à la villa des arts à RabatLe noir pour éclairer la lumière ou plutôt expliquer la vie, c’est la philosophie adoptée par Touhami Ennadre dans l’élaboration de ses œuvres. Pour le percevoir de près, vous avez jusqu’au 30 juin 2008 pour aller voir ses tableaux exposés à la villa des Arts de Rabat. En fait, il s’agit des photos, en position naturelle, prises par son appareil, mais qui sont transformées par la suite en chefs-d’œuvre où il n’y a pas de place pour les couleurs. Face à son tableau, il est difficile de distinguer s’il s’agit bien d’une photo et non d’une œuvre de peinture. Cela montre l’importance de la valeur ajoutée apportée par Ennadre en manipulant le noir avec une grande finesse et maîtrise pour donner assez de charme et de beauté à ses tableaux. Pour Ennadre, en photographie il n’y a pas de place pour la couleur naturelle à défaut de la présence de l’acte qui est l’âme d’un travail de peinture. Cet acte, ou plutôt cette vie dans ses aspects, ne pourra être mise en valeur que grâce à la lumière. A travers ses oeuvres exposées à Rabat, on constate que l’Homme est au centre des préoccupations de l’artiste. «Mon obsession c’est l’Homme», confirme Ennadre. « Mes premiers travaux ont été axés sur la main de l’Homme », confie-t-il. Et pourquoi la main? Bonne question, selon Ennadre. En guise de réponse, ce dernier se limite à avancer que c’est la seule partie du corps humain qui est nue, partout dans le monde. L’artiste parle en connaissance de cause, car son statut d’artiste lui a permis d’être sollicité par les musées et les places d’expositions de renommée internationale dans les différentes grandes villes du monde comme Paris, New York, Berlin, Vienne, Tokyo et Shanghai. Ses voyages multiples lui ont permis de se rapprocher des peuples, de décrire une partie de leur quotidien et également en rapport avec leur religion. On peut constater cela particulièrement dans les trois tableaux : Photo femme du monde, 11 septembre et prière synagogue. Ses tableaux abordent également la souffrance de l’Homme mais aussi l’amour. Certains spécialistes le comparent à Von Gogh. Signalons enfin que Ennadre est né dans la Médina de Casablanca et a quitté le Maroc quelques années par la suite pour s’installer à Paris. Mais les brefs moments passés dans la Médina restent gravés dans sa mémoire et présentent toujours une source d’inspiration pour lui.Nour Eddine EL AISSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc