×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le patron de Ferrari à la tête de Fiat

    Par L'Economiste | Edition N°:1780 Le 01/06/2004 | Partager

    . Un homme de sérail, bouillonnant et exigeantLuca Cordero di Montezemolo, le patron de Ferrari, récemment élu patron des patrons italiens, a été nommé à la présidence du groupe automobile italien Fiat en phase de redressement après le décès d’Umberto Agnelli. A la suite de ce choix, le numéro deux du groupe turinois, Giuseppe Morchio, qui a mis en place et conduit le plan de redressement du groupe depuis 15 mois, a décidé de remettre sa démission. Fiat a convoqué pour aujourd’hui mardi un nouveau conseil d’administration qui devrait délibérer sur la succession de Morchio.John Philip Elkann, 28 ans, dauphin désigné par la famille propriétaire de la première entreprise industrielle italienne, a été nommé à la vice-présidence pour faire ses armes.Le jeune Elkann est le petit-fils du mythique dirigeant de Fiat, Giovanni Agnelli, frère d’Umberto, décédé en janvier 2003 et a plus de 50 ans aux commandes du groupe.Malgré son jeune âge, 28 ans, l’héritier était déjà membre du conseil d’administration de Fiat où Andrea Agnelli, le fils d’Umberto, qui a le même âge que lui, a fait son entrée.- Luca Montezemolo, aux allures de dandy, prend les rênes du premier groupe industriel d’Italie à un moment où celui-ci ne doit pas relâcher un effort de redressement engagé en 2002.-Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc