Politique

Le parti travailliste courtise les jeunes

Par L'Economiste | Edition N°:2420 Le 12/12/2006 | Partager

. Plus de 7.000 participants au premier forum. Recherche alliances désespérément Bien qu’encore jeune, le Parti travailliste (PT) fait déjà foule. Plus de 7.000 participants ont signé présents lors du tout premier forum des jeunes de cette formation, organisé dimanche dernier. «Le Maroc avec ses jeunes est prêt à relever les défis pour la construction d’une société moderne et démocratique», a souligné d’emblée le secrétaire général Abdelkrim Benatiq dans son discours d’ouverture. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la structuration d’un parti dont le premier congrès national a eu lieu en mai 2005 à Fès. Par cette manifestation, la direction du parti a voulu passer des messages au sujet de la problématique de la participation de la jeunesse à la vie politique du pays. «Cette présence massive des jeunes, venus de régions lointaines, confirme leur volonté de participer à l’action politique. C’est le comportement des politiciens qui les a fait fuir», précise Omar Seghrouchni, premier secrétaire adjoint du PT.Pour contribuer à ce débat pédagogique de sensibilisation de la jeunesse, Benatik a fait appel à de jeunes responsables politiques de différentes sensibilités. Au niveau des interventions, deux types de messages forts à distinguer. Le premier, optimiste, mené par les intervenants qui font partie de la majorité gouvernementale comme Mohamed El Gahs (USFP), Mohamed Nabil Benabdallah (PPS) et Ahmed Toufiq Hejira (PI). Il consiste à inciter les jeunes à s’impliquer dans la vie politique afin de sauvegarder les acquis réalisés en matière de libertés et de démocratie. Pour eux, la participation de plus de 60% de la population est nécessaire pour la poursuite du processus de modernisation et développement du pays. Le second discours était plus critique vis-à-vis du comportement de certains responsables politiques qui ne veulent pas céder la place à la nouvelle génération. A ce propos, Mohamed Sassi (PSU), a rappelé que la politique est avant tout un engagement moral et éthique. Et de s’interroger «comment les partis réclament l’alternance au pouvoir, alors qu’ils n’ouvrent pas la voie à la nouvelle génération d’accéder à la direction aux postes de responsabilité». «Or, c’est par la seule mobilisation des jeunes qu’on peut faire front commun contre les obscurantistes de tous bords», renchérit Seghrouchni. Cette manifestation a été également l’occasion pour le parti de Benatiq d’organiser ses rangs et chercher les éventuelles alliances dans la perspective des élections de 2007. La présence des représentants des «petits» partis n’est dans ce sens pas fortuite. Malgré les bonnes volontés, l’élection des instances dirigeantes du forum de la jeunesse du PT a été reportée, «faute de temps», avance le Secrétaire général du parti.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc