×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le Maroc veut développer son patrimoine oléicole

    Par L'Economiste | Edition N°:2366 Le 21/09/2006 | Partager

    . Des chercheurs méditerranéens en conclave à Meknès. Les opérateurs nationaux tablent sur une hausse de 40% de la production «C’EST une première que de réunir les représentants des principaux pays oléicoles du bassin méditerranéen à Meknès, capitale historique de l’olivier et connue aussi par le surnom de Meknassa Zaitouna». C’est en ces termes que Hassan Aourid, wali de Meknès-Tafilalet, a donné, lundi dernier, le coup d’envoi des travaux de la 1re édition des Journées méditerranéennes de l’olivier (JMO). Organisées du 18 au 22 septembre par l’Ecole nationale d’agriculture, en collaboration avec l’Université internationale d’Andalucia (UNIA), les JMO ont connu la participation d’experts marocains et étrangers issus du bassin méditerranéen. En effet, ces journées constituent un nouveau jalon sur la voie de développement et de restructuration du secteur oléicole régional et national. La production d’huile d’olive de qualité et la protection de l’environnement font également partie des objectifs visés. Compte tenu de la richesse de son héritage historique et de l’importance de son patrimoine oléicole, la capitale ismaïlienne offre aux chercheurs marocains et étrangers une véritable plate-forme de réflexions. Pour Noureddine Ouazzani, directeur de l’Agropôle olivier de l’ENA-Meknès, le choix du thème des JMO: «Les bonnes pratiques oléicoles pour la production d’huile d’olive de qualité et la protection de l’environnement» cadre parfaitement avec les préoccupations actuelles tant au niveau méditerranéen qu’aux niveaux national et régional. Selon les participants marocains, le secteur de l’olivier permet de générer 15 millions de journées de travail, soit l’équivalent de 55.000 postes permanents. Outre l’offre d’emplois, le secteur garantit l’approvisionnement des unités de trituration. Mais malgré l’importance de ces éléments, la production nationale moyenne -50.000 tonnes d’huile d’olive et 60.000 tonnes d’olives de table- ne reflète pas les potentialités des diverses régions oléicoles. Il faut dire aussi que le bilan du Plan national oléicole, lancé en 1999, reste loin des objectifs fixés. Préétablie à 800.000 tonnes pour l’année 2004-2005, la production d’olive n’a été en réalité que de 600.000 tonnes (–17,5%). Les perspectives 2005-2006 tentent de rattraper le temps perdu. Les opérateurs tablent sur une hausse de 40% par rapport à la campagne précédente. Cette production donnerait lieu à 90.000 tonnes d’olives de table industrielles (+12%) et 70.000 tonnes d’huile d’olive (+40%). La superficie oléicole devra aussi passer à 600.000 ha contre 590.000 en 2004-2005. Une croissance due au remplacement des cultures illicites (hachich) ou non rentables comme les céréales. Les extensions prévues concernent d’ailleurs le Rif, (3.000 ha), des zones marginales (2.000 ha) et des superficies agricoles bour (1.000 ha).


    Locomotive

    LES Journées méditerranéennes de l’olivier (JMO), organisées dans la capitale ismaïlienne, ont été marquées par la présence d’organismes internationaux comme la fondation «Route de l’olivier». C’est l’occasion pour le Maroc de promouvoir le secteur oléicole, notamment dans la région de Meknès, considérée comme une lomotive nationale. En effet, dans cette région, toutes les activités culturelles et touristiques sont en relation avec l’olivier et l’huile d’olive. A noter que la capacité de trituration des opérateurs meknassis est évaluée à 5.000 t/j. Les unités utilisent les dernières innovations technologiques dans le domaine du traitement des olives et la production d’huile.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc