×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Le marché va encore s'élargir

    · Les obligations: Bon produit pour les court et moyen termes

    Par L'Economiste | Edition N°:456 Le 04/03/1999 | Partager

    "Les OPCVM ont enregistré de bonnes performances en 1998", s'accordent à dire les gérants de ces produits. Mais ce qui a le plus marqué l'année dernière, c'est le développement du marché obligataire qui est monté en puissance. Selon M. M'hamed Skalli, président de l'ASFIM (Association des Sociétés de Financement Marocaines), ce marché est appelé à croître davantage au cours de 1999.

    Intérêt grandissant pour les obligataires
    Les OPCVM obligataires suscitent donc plus d'intérêt de la part des épargnants qu'auparavant. C'est le cas notamment des OPCVM monétaires dérivés des produits obligataires, "mais avec la caractéristique de ne pas subir de baisse lorsqu'il y a une variation du taux d'intérêt". Rappelons au passage que ces OPCVM ne sont pas reconnus officiellement au Maroc et sont assimilés aux obligataires. Par conséquent, ils sont difficilement comparables. Face à cette situation, "l'ASFIM a mis en place un consensus pour homogénéiser ces produits", observe M. Skalli. Et d'ajouter que le reversement de tendance relevé depuis le milieu de l'année dernière s'explique par le fait que les grandes entreprises ont saisi l'intérêt de ces produits obligataires qui présentent une rentabilité supérieure à celle des produits classiques.
    De toute façon, les gérants des OPCVM estiment que les obligataires sont appelés à gagner plus de terrain au cours de l'année courante. "Ce qui ne peut être que bénéfique pour l'économie", soulignent-ils.
    La montée en puissance de ce marché doit réconforter plusieurs opérateurs. En clair, cette situation se traduira par une baisse du coût de l'argent, sachant qu'auparavant "les apports d'épargne financière sur la Bourse profitaient peu à des entreprises en phase de restructuration".
    Mais même si le marché obligataire est en pleine expansion, il reste relativement faible par rapport à celui des actions. Ce dernier a continué sur son trend.

    Les OPCVM actions multipliés par trois
    Les OPCVM actions ont évolué crescendo en raison de la montée qu'a connue le marché boursier. Cette situation s'explique principalement par l'importance du nombre de souscriptions. A noter que ces OPCVM ont atteint 4,266 milliards de DH au terme de l'année 1998, au lieu de 1,65 milliard à fin 97. Ces produits avaient enregistré une croissance supérieure à 30% au début de l'année avant que les obligataires ne prennent le relais à partir du mois d'avril, date à laquelle il y a eu une correction des cours.
    Par ailleurs, et selon les responsables des OPCVM, ces produits sont plus rentables sur le long terme, contrairement aux obligataires qui, eux, présentent plus de performances sur les court et moyen termes.
    Toutefois, il convient de souligner que les OPCVM actions sont exonérés d'impôts contrairement aux obligataires. Sur ce point, le président de l'ASFIM explique qu'il y a un flou qui persiste depuis des années. Les prélèvements effectués sont plutôt provisionnels, continue-t-il.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc