×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le luxe continuera de briller malgré tout

Par L'Economiste | Edition N°:2704 Le 31/01/2008 | Partager

. Bijoux et montres suisses très convoités en Asie et au Moyen-Orient. Le marché s’essouffle dans les pays industrialisésLe secteur du luxe suisse va continuer à profiter d’une forte croissance en 2008, en dépit du ralentissement économique attendu cette année, profitant d’une demande soutenue en bijoux et montres des consommateurs d’Asie et du Moyen-Orient. «Le ralentissement économique ne va toucher le secteur du luxe qu’à partir du second semestre», estime John Cox, analyste à la banque suisse Landsbanki-Kepler. «Les horlogers doivent toujours honorer leurs carnets de commandes», qui sont remplis à ras bord, a-t-il ajouté.Le groupe suisse Swatch, qui possède Omega, Tissot et Breguet, a récemment admis être confronté à d’importants problèmes de capacité de production, avec une demande qui a presque doublé, principalement dans le segment de la montre haut de gamme. Face à ces difficultés, le numéro un mondial de l’horlogerie a allongé ses délais de livraison de quelques mois à plus d’un an pour les marques les plus prestigieuses. L’horloger, qui a augmenté ses ventes en 2007 de 17,6%, s’attend pour cette année à «une évolution positive» de son activité.Richemont, l’autre géant suisse du luxe et numéro deux mondial après le français LVMH, a en revanche souffert en décembre d’un ralentissement de la demande aux Etats-Unis et au Japon.Malgré de premiers signes de faiblesse fin 2007, les exportations horlogères suisses ont réalisé l’année dernière une croissance de 16,2%. Pour 2008, les analystes de la banque Vontobel tablent sur des ventes en hausse de 10% pour les seules montres.La Fédération de l’industrie horlogère suisse parie quant à elle sur «une croissance (qui) va se poursuivre aux alentours des 5 à 6%», selon son président Jean-Daniel Pache. Pour l’ensemble du secteur, la Banque cantonale de Zurich parle d’une croissance annuelle de 7% sur les dix prochaines années, que les professionnels doivent atteindre grâce à la demande effrénée des pays émergents en montres plaquées or et autres bagues serties de diamants.«La prospérité croissante, le tourisme international, la démocratisation du luxe et le besoin de reconnaissance sociale» ont tiré la demande ces dernières années, estime l’analyste de la banque zurichoise, Patrik Schwendimann.«Les nouveaux marchés en Chine, Russie, au Moyen-Orient et, à long terme, l’Inde», vont servir de locomotive au secteur du luxe, qui risque l’essoufflement dans les pays industrialisés, précise-t-il.En termes de destination d’exportations horlogères, Hong Kong est ainsi passé en décembre devant les Etats-Unis. Le Japon, traditionnellement friand de luxe helvétique, continue de dégringoler, en raison des taux de changes défavorables mais aussi d’une baisse de la consommation.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc