×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Le LPEE dévoile son plan décennal de recherche

Par L'Economiste | Edition N°:290 Le 24/07/1997 | Partager

Construction, infrastructure, industrie, environnement et science de la
terre. La recherche au LPEE couvre plusieurs domaines. Pour cela, le Laboratoire s'est doté d'une structure de recherche et a élaboré un plan étalé sur dix ans.


Le Laboratoire Public d'Essais et d'Etudes (LPEE) a présenté mercredi 23 juillet le plan décennal de la recherche (PDR) ouvert aux institutions scientifiques nationales. Son objectif est d'assurer «la continuité des travaux, l'économie et la qualité». Cette approche vise également à permettre aux professionnels de suivre les travaux de recherche et connaître les besoins prioritaires dans ce domaine, est-il précisé. Il s'agit en fait d'une recherche polyvalente. Le PDR s'intéresse aux aspects économique, technique et qualité. Les actions de recherche sont ainsi réparties en plusieurs catégories.
Premièrement, «Les recherches appliquées d'intérêt national ou régional». Elles concernent les méthodes de calcul, les techniques de construction, les matériaux produits, importés ou fabriqués par l'Etat et les procédés nouveaux.
Deuxièmement, les recherches appliquées d'intérêt particulier qui concernent généralement un professionnel du secteur privé. La recherche offre alors plusieurs possibilités: Etude de produits ou de matériaux nouveaux, mise au point d'une nouvelle technique en vue de la promotion d'une entreprise, conception ou adaptation d'un matériel spécifique. C'est l'intérêt commercial du demandeur qui motive la recherche. Toutefois, «le chercheur doit assurer une garantie de qualité sans laquelle la promotion ne peut connaître le succès».

Troisièmement, les recherches liées à la normalisation, que ce soit au stade de l'établissement ou de la mise en place des normes. «On ne peut modifier une norme homologuée ou une réglementation nationale sans faire la preuve que les modifications ne mettent pas en cause la qualité et la sécurité des constructions».
Le LPEE poursuit ses recherches dans cinq domaines différents appelés espaces: espace eau-environnement (EE), espace industriel (EI), espace science de la terre (EST), espace matériaux-structures (EMS) et espace infrastructures de transport (IT).
Les actions de recherche entreprises actuellement au Centre de Recherche Eau et Environnement s'inspirent des recommandations de l'agenda issu du Sommet de Rio de 1992. Celui-ci insiste sur cinq points: Le traitement des déchets industriels et domestiques, le contrôle des pollutions causées par les activités agricoles, la réglementation des rejets en mer, le recyclage des déchets solides, l'encouragement des technologies moins polluantes et l'approvisionnement accru des zones urbaines et rurales en eau douce.

L'espace industriel travaille sur la base de la constatation que l'entretien et la maintenance des équipements et de l'infrastructure publique et industrielle ne bénéficient pas de l'attention nécessaire. L'activité du LPEE développe donc en priorité quatre axes, la maintenance, la corrosion et l'anticorrosion, la réglementation et la qualité.
En ce qui concerne l'espace science de la terre, le PDR 1997-2007 comprend plusieurs thèmes de recherches, notamment la caractérisation des géomatériaux, la réglementation en géotechnique, le calcul d'ouvrage et l'ingénierie des produits industriels.
L'espace matériaux et structures s'intéresse à la valorisation des matériaux locaux dans le domaine de la construction, aux études de comportement dynamique des structures, à la maîtrise des techniques de renforcement des constructions, au génie parasismique et à la maîtrise des techniques de réhabilitation des ouvrages.
Enfin, l'espace infrastructures de transport s'articule autour de cinq actions principales: le problème de surfaçage des routes revêtues, la couche de surface, l'assise de la chaussée, la plate-forme et le drainage des chaussées.

Décennie de l'eau


Le programme de recherche prévu pour la décennie à venir prévoit
le démarrage de plusieurs actions, dont notamment:
- la recherche sur les changements climatiques et leur répercussion sur les systèmes hydriques;
- les systèmes d'annonce de crues;
- la pollution agricole par les nitrates et les pesticides;
- la contamination des nappes souterraines par les décharges publiques;
- l'extraction du sable et l'équilibre morphologique des rivières;
- les techniques de traitement des eaux usées;
- les techniques de gestion des retenues en cours d'eutrophisation;
- la gestion de la remontée des eaux marines au niveau des estuaires;
- la sédimentologie côtière;
- la pollution des eaux marines;
- la pollution de l'air.

Hakim ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc