×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Le logo Lacoste au coeur d’une bataille juridique

    Par L'Economiste | Edition N°:2686 Le 04/01/2008 | Partager

    . Le groupe de luxe français perd face à des dentistes . Le juge ne retient pas le motif de «confusion commerciale»Le groupe de luxe français Lacoste vient de perdre en justice pour la 2e fois contre deux dentistes anglais. Il est attaqué à cause du logo ornant le cabinet: un crocodile vert. Motif, il ressemble à son célèbre emblème commercial.Les deux dentistes de Cheltenham, à l’ouest de l’Angleterre, avaient tenté de faire enregistrer en septembre 2004 le logo. Leur logo, «inventé, est un crocodile vert à la posture assez similaire de celui de Lacoste. Des différences tout de même. Le reptile n’avait ni écailles blanches ni gueule ouverte rouge. «On aimait bien le dessin de crocodile à cause de l’association d’idées naturelle avec les dents», a expliqué le Dr Simon Moore, l’un des dentistes.Les juristes de Lacoste s’étaient cependant opposés à l’enregistrement du logo. Ils ont estimé que les deux emblèmes pourraient être confondus. Par conséquent, la confusion commerciale entre les deux logos pouvait nuire à l’activité de Lacoste.Les dentistes ont remporté le procès une première fois au mois de mai. L’audience avait eu lieu devent l’Office de la propriété intellectuelle de Newport au Pays-de-Galles.Le juge Ann Corbett avait alors conclu que «les services dentaires sont si différents de l’habillement qu’un consommateur moyen de biens et services, raisonnablement bien informé et raisonnablement observateur et circonspect, ne devrait pas faire d’erreur». Lacoste avait cependant fait appel et l’affaire a été déférée au Bureau de la propriété intellectuelle de Londres. Le juge Ruth Annand a débouté à son tour Lacoste de son appel en toute fin d’année dernière. Les deux dentistes ont raconté leur surprise à voir «une telle grosse entreprise internationale se sentir menacée par un seul cabinet dentaire». Le Dr Moore a estimé que Lacoste avait un peu «utilisé un marteau de forgeron pour casser une noisette». Lacoste a en outre été condamné à payer 1.000 livres (1.350 euros) de frais de justice à l’issue de la première audience. Et 450 livres à l’issue de l’audience d’appel. Le porte-parole de Lacoste est resté injoignable. Pour la petite histoire, c’est en enlevant pour la première fois aux Américains la Davis Cup en 1927 que René Lacoste est entré dans la légende du tennis. Il est né en France le 2 Juillet 1904. Il s’est éteint 92 plus tard. René Lacoste aimait à raconter la façon dont son surnom est devenu un emblème de notoriété mondiale. La presse américaine l’avait surnommé «Le Crocodile», à la suite d’un pari fait avec le Capitaine de l’équipe de France de Davis Cup. Il lui avait promis une valise en Croco s’il remportait un match important pour l’équipe tricolore. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc