×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
International

Le Japon plonge dans la récession

Par L'Economiste | Edition N°:3016 Le 04/05/2009 | Partager

. Contraction de 3,1% du PIB au lieu de 2% prévue. Baisse des exportations et des investissements La Banque du Japon a aggravé jeudi dernier sa prévision de récession pour la deuxième économie mondiale en 2009-2010. Selon la banque centrale, l’économie devrait se contracter de 3,1% lors de l’année budgétaire 2009-2010, avant de rebondir de 1,2% en 2010-2011. Ces nouvelles prévisions sont plus sombres que celles de janvier, qui faisaient état d’un recul du PIB de seulement 2%, suivi d’une hausse de 1,5% en 2010-2011. La Banque du Japon se montre toutefois moins alarmiste que le gouvernement, qui prévoit une chute du PIB de 3,3%, et le FMI qui prédit une sévère dégringolade de 6,2% cette année. «La banque centrale semble plus positive que prévu», s’est étonné Richard Jerram, économiste chez Macquarie Securities, selon qui la banque centrale «a l’air de penser que l’économie est proche d’avoir touché le fond». La banque a par ailleurs décidé sans surprise de maintenir son taux directeur inchangé au niveau minimal de 0,10%. «Les exportations ont significativement diminué à cause d’un brutal ralentissement des économies occidentales, et les investissements des entreprises se sont également fortement repliés, reflétant la dégradation des bénéfices et des conditions financières», a-t-on expliqué. Les capacités de production excédentaires et la baisse des cours des matières premières provoqueront une réapparition de la déflation, phénomène qu’a déjà connu le Japon de 2001 à 2006. Les prix à la consommation dans l’archipel devraient ainsi se replier de 1,5% cette année. Petite lueur d’espoir, selon la banque centrale, la chute des exportations devrait commencer à s’atténuer d’ici octobre, moment à partir duquel «les marchés financiers devraient retrouver la stabilité et les économies étrangères commencer à se rétablir». Par ailleurs, une «équipe d’intervention» a été mise en place pour assurer le fonctionnement normal de l’économie au cas où la pandémie gagnerait l’archipel. «La possible dissémination d’un nouveau type de grippe, et son influence sur l’activité économique, doivent être attentivement surveillées», a toutefois averti la banque centrale.


Redémarrage des usines à l’automne

L’économie du Japon devrait se redresser graduellement et revenir à la croissance à partir d’octobre 2009. Ces espoirs de reprise ont été alimentés par des chiffres de la production industrielle meilleurs que prévu, tirés par un redémarrage des usines dans l’automobile et l’électronique. Les énormes stocks de produits invendus accumulés ces derniers mois commencent à se résorber. La production industrielle japonaise a augmenté de 1,6% en mars par rapport à février, la première hausse en six mois, alors que les économistes ne tablaient que sur un timide rebond de 0,5%. Selon le gouvernement, la hausse devrait s’accélérer en avril et en mai. J. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc