×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Le groupe Banques Populaires face aux nouveaux métiers

    Par L'Economiste | Edition N°:620 Le 20/10/1999 | Partager

    · Les Banques Populaires tiennent leur congrès les 22 et 23 octobre
    · La thématique porte sur le rôle des BP dans l'environnement économique
    · L'ouverture du capital de la BCP aura un noyau dur: l'Etat et les Banques Populaires Régionales


    La Banque Populaire inscrit la réflexion sur son développement dans un débat national. Les 22 et 23 octobre, les Banques Populaires tiendront leur 7ème congrès national à Marrakech. La thématique de ce dernier s'articule autour des mutations qui entourent la banque coopérative.
    A part le regroupement des différents dirigeants et cadres de cette institution, le congrès serait, selon M. Maâroufi, président du groupe Banque Populaire, l'occasion d'un échange d'idées avec les représentants du gouvernement et les opérateurs.
    Le débat, lui, se fera sous forme d'ateliers. Ces derniers reflètent la préoccupation majeure du groupe: comment s'adapter aux mutations de l'environnement tout en sauvegardant la touche de «banque service public».
    Une nouvelle stratégie devrait en sortir. Sa particularité c'est qu'elle garderait son orientation classique (financement des PME, des jeunes promoteurs...), mais s'ouvrirait sur toute catégorie de clientèle. Ses moyens essentiels seraient le développement des nouveaux métiers.
    Du crédit à la consommation au leasing en passant par l'intermédiation boursière et le capital risque (cf L'Economiste du 25 mai 1999), le groupe Banque Populaire sera présent à travers ses filiales dont la structuration (ou la création) a été achevée. Plus encore, le groupe projette de se positionner dans le secteur des assurances.
    Par ailleurs, le débat portera sur le statut de la Banque Centrale Populaire (BCP). Les modalités et les conditions de l'ouverture du capital de la BCP ont déjà été présentées à la Commission des Finances au Parlement. Le projet de loi propose que le capital de la BCP soit composé de deux pôles. Le premier, noyau dur, représente 51% du capital et sera détenu par l'Etat (30%) et les Banques Populaires Régionales (21%).
    Le second pôle sera ouvert au privée. Cependant, les 49% restants seront morcelées de sorte qu'aucun participant au capital ne dépasse les 5%. La BCP manifeste d'ores et déjà sa détermination à sauvegarder ses orientations fondamentales.
    Dès que l'aval sera donné à ce projet, la BCP devrait être transformer en société anonyme à capital fixe.
    Dans l'immédiat, le groupe BP compte poursuivre le regroupement des Banques Populaires Régionales. L'objectif est de réduire leur nombre à 10 banques régionales. Dans la foulée, la contraction du coefficient d'exploitation pourrait être atteinte. De même, et dans le cadre de ces transformations, les Banques Populaires Régionales participeront à la gestion du groupe: le comité directeur sera à moitié composé par les présidents de ces dernières.

    Khalid TRITKI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc