×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
International

Le G8 sous le signe de la croissance mondiale

Par L'Economiste | Edition N°:1786 Le 09/06/2004 | Partager

. Bush compte recueillir du soutien à son projet de réformes au Moyen-Orient Le Sommet du G8 devait démarrer ses travaux hier soir à Sea Island, petite île côtière de Georgie (Sud-Est). La rencontre qui se terminera demain jeudi est axée sur les moyens de pérenniser la croissance économique mondiale. Surtout que cette dernière est jugée suffisamment forte pour supporter la flambée du brut et une hausse attendue des taux d’intérêt.La zone euro, et particulièrement l’Allemagne qui reste à la traîne, va donc une nouvelle fois devoir répondre aux exhortations des Américains à mettre en oeuvre des réformes structurelles pour doper leurs économies.Avec 4,6% de croissance mondiale attendue cette année et 4,4% prévue en 2005 par le Fonds monétaire international, le ton du sommet devrait être résolument optimiste. L’économie devait être discutée par les chefs d’Etat et de gouvernement du G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon et Russie). Le chef économiste du FMI a d’ailleurs laissé entendre que ces prévisions pourraient être révisées à la hausse.Les participants ne devraient pas seulement se pencher sur le sort de leurs propres économies mais aussi annoncer quelques initiatives pour les pays pauvres. Ils veulent notamment concentrer leur attention sur quatre stratégies d’aide au développement: encourager les microcrédits, faire baisser les coûts des transferts d’argent des immigrés vers leur pays d’origine, développer certains marchés et améliorer l’environnement dans lequel opèrent les entreprises.Le président américain George W. Bush compte également sur le G8 pour recueillir du soutien à son vaste projet de réformes au Moyen-Orient, même si cette initiative aux contours flous a été jusqu’ici fraîchement reçue. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc