×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le Fonds d’urgence opérationnel à la fin du mois

Par L'Economiste | Edition N°:3320 Le 15/07/2010 | Partager

. Notation favorable des agences. Conditions d’accès très strictesLE Fonds d’urgence de la zone euro, doté de 440 milliards d’euros, doit être opérationnel à la fin du mois et tout est fait pour qu’il reçoive une notation très favorable des agences, indique son directeur dans une interview au Financial Times et au Wall Street Journal du mercredi 14 juillet.«Nous serons prêts à agir dès que les responsables politiques nous diront de le faire», explique Klaus Regling, le DG allemand de ce Fonds européen de stabilité financière, depuis le 1er juillet à la tête du dispositif.Il a indiqué que des mesures avaient été prises pour que le fonds soit assuré de recevoir une note AAA, c’est-à-dire la meilleure possible, de la part des agences de notation : il est doté d’une réserve en numéraire et les pays membres ont accepté de payer jusqu’à 20% de plus que la participation à laquelle ils s’étaient engagés.«J’ai bonne confiance que nous pourrons obtenir cette note maximum, peut-être en août», indique Regling. «Je pense que le fait que 16 ministres des Finances d’économies matures s’engagent à faire ce qu’il faudra pour obtenir une telle note est précieux», poursuit-il.Les gouvernements de la zone euro ont décidé de mettre en place ce fonds en liaison avec le FMI au mois de mai, afin de calmer les marchés très inquiets de la crise financière en Grèce et de la possibilité de voir ces difficultés s’étendre à l’Espagne et au Portugal.Ce mécanisme de stabilisation inclut au total 440 milliards d’euros de garanties apportées par les pays utilisant l’euro, 250 milliards d’euros de prêts du FMI et 60 milliards d’euros de prêts de l’UE.Regling a aussi insisté sur le fait que les pays qui auraient recours à ce fonds le feraient dans des conditions très strictes: «Ca ne va pas être un distributeur de billets: tout le monde est bien d’accord que les pays n’obtiendront l’argent que s’ils se plient aux conditions qui y sont attachées» en matière de réformes, a-t-il indiqué.Selon lui, venir en aide à un Etat qui en aurait fait la demande prendrait de «3 à 4 semaines». Mais pour le moment il est «peu probable» que de l’argent soit demandé, a-t-il estimé. Le dispositif est un «arrangement temporaire» prévu pour durer 3 ans, avec la possibilité de le prolonger si nécessaire, a-t-il dit.Interrogé sur les inquiétudes liées à la Slovaquie, qui estime ne pas être en mesure de participer au financement du fonds européen, Regling a là aussi affiché sa confiance: «La Slovaquie ne représente que 1% du capital du fonds et il est impensable (qu’elle) bloque les 99% restants».M. A. Z.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc