×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le fondateur de Parmalat rattrapé par la Justice

Par L'Economiste | Edition N°:1673 Le 30/12/2003 | Partager

. Il est accusé d'avoir détourné 800 millions d'eurosLe premier interrogatoire de Calisto Tanzi, fondateur de Parmalat, par les magistrats de Milan et Parme, était prévu hier 29 décembre. Tanzi a été arrêté samedi 27 décembre à Milan. Il est accusé de détournement de 800 millions d'euros à des fins personnelles, précise la presse italienne. D'après le Corriere della Sera, il est accusé d'»association criminelle à des fins de banqueroute frauduleuse».Il aurait soustrait, selon des magistrats, des comptes de son groupe, un chiffre supérieur à 600 millions d'euros. “Au total, la famille Tanzi aurait asséché un montant total d'environ 1,7 milliard d'euros”, écrit pour sa part le quotidien La Repubblica.Le groupe Parmalat, dont la faillite officielle a été prononcée samedi 27 décembre, a un trou d'au moins sept milliards d'euros dans ses comptes, sur un chiffre d'affaires d'environ 7,5 milliards d'euros en 2002. Selon la presse, le vrai montant du trou est un chiffre qui reste encore à établir, situé dans la fourchette de sept à treize milliards d'euros. Les délits dont est accusé le fondateur de Parmalat sont passibles au total d'une peine de 15 ans de prison, selon La Repubblica.Le tribunal de Parme a prononcé la faillite du groupe Parmalat, numéro un italien de l'agroalimentaire, ouvrant ainsi officiellement la voie à la mise sous tutelle de la société. Cette mesure permet de préserver dans un premier temps les intérêts des agriculteurs, fournisseurs de lait de Parmalat, en leur accordant la priorité des règlements. Sur un autre volet, le groupe français Danone et l'italien Granarolo (produits laitiers) sont intéressés par la reprise de Parmalat, la compagnie agroalimentaire en graves difficultés et au centre d'un énorme scandale financier, selon la presse italienne. «Des noms de sociétés intéressées circulent déjà: Danone voudrait le fromage et le yaourt, Granarolo le lait, Dole les jus de fruits», avait écrit La Repubblica.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc