×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le FMI revoit à la baisse sa prévision de croissance mondiale

Par L'Economiste | Edition N°:2704 Le 31/01/2008 | Partager

. 4,1% cette année et seulement de 1,5% aux USA. Risques de contagion aux pays émergentsLA croissance mondiale sera encore plus faible que prévu en 2008, à cause de la crise financière, et ce ralentissement, qui menace particulièrement les Etats-Unis, risque de gagner les pays émergents, a estimé mardi dernier le Fonds monétaire international (FMI).Le Fonds table sur une expansion de 4,1% du produit intérieur brut mondial (PIB) cette année, soit 0,3 point de moins qu’anticipé jusqu’ici, et seulement de 1,5% aux Etats-Unis (-0,4 point), selon des prévisions révisées. Si l’on exclut l’acquis de croissance 2007, la première économie mondiale pourrait même ne croître que de 0,8% (après +2,6% en 2007), un rythme très en dessous de son potentiel, selon l’institution de Washington, qui a qualifié les Etats-Unis d’«épicentre» du ralentissement mondial actuel.Le Fonds avait déjà abaissé en octobre les prévisions de croissance 2008 qu’il avait rendues publiques en juillet. Prévue vendredi dernier, l’annonce de ces chiffres avait été retardée de près d’une semaine pour tenir compte de l’effondrement des places boursières les jours précédents. «Les tensions financières issues du secteur du subprime aux Etats-Unis -et les dépréciations d’actifs bancaires qui en découlent- se sont accentuées, tandis que les récents délestages massifs sur les places boursières mondiales traduisent une incertitude montante», a expliqué le FMI pour justifier cette révision.La croissance européenne ne sera pas épargnée par la crise née sur le marché hypothécaire américain, puisque le PIB de la zone euro devrait croître de 1,6% seulement (-0,5 point). Hors acquis de croissance 2007, c’est-à-dire abstraction faite de l’effet d’entraînement hérité des précédents trimestres, l’expansion serait de 1,3% en zone euro, après 2,3% en 2007.Fait nouveau, le FMI a mis en garde contre les risques de contagion aux pays émergents qui étaient jusqu’alors décrits comme particulièrement résistants et capables de compenser le ralentissement des pays développés. «Jusqu’à présent, les marchés émergents ont tenu bon (...). Cela étant, à en juger d’après les récents replis boursiers, certains de ces marchés risquent de ne pas être en mesure d’échapper à l’effet de contagion», a indiqué le FMI.Enfin, le Fonds a tiré de façon explicite la sonnette d’alarme sur la régulation des marchés financiers, estimant que «des mesures doivent être prises», et indiquant qu’il préparait actuellement des recommandations.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc