×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Le festival Timitar soutient les jeunes talents

Par L'Economiste | Edition N°:2564 Le 06/07/2007 | Partager

. Akwa group, Méditel et l’association Timitar financent l’album d’un groupe . Il s’agit de l’ensemble «Amarg Fusion». L’album est intitulé «Argane»Amarg Fusion, retenez bien ce nom, car il pourrait bien être celui des «Wailors» de demain au Maroc et sûrement la future référence de la musique amazighe new wave. Pour le moment, ce jeune groupe de musiciens, car il s’agit bien de cela, a toute la confiance des organisateurs du festival Timitar. A l’occasion de la quatrième édition, qui se poursuit jusqu’au 7 juillet, le groupe Amarg Fusion va recevoir du groupe Akwa, de Méditel et de l’association Timitar un soutien pour la production d’un album. Celui-ci sera intitulé «Argane». «Il s’agit par là de contribuer à la préservation de cet arbre endémique de la région», explique Ali Faïq, chanteur d’Amarg Fusion. A travers cet album réunissant douze chansons, il est également question de sensibiliser les populations à la rareté de l’eau, notamment dans le Souss Massa Draâ. Une région que la plupart des membres d’Amarg Fusion connaissent bien pour y avoir vu le jour ou y vivre depuis de longues années. C’est en 2002 qu’ils se rassemblent pour former un groupe de musiciens qui se veut un point de rencontre entre les générations et entre les cultures. Ce dernier aspect se reflète pleinement dans le mélange des rythmes dans leur musique qui est mélange de sonorités amazighes, funk, jazz et particulièrement reggae. Amarg Fusion a ainsi l’art d’introduire dans ses morceaux de musique reggae des sonorités berbères grâce à l’utilisation de l’instrument de musique qu’est le ribab, connu pour être le violon monocorde berbère. De fait, leur but ultime est de fusionner la musique amazighe avec des rythmes modernes. Ceci de manière à lui donner une dimension universelle. En tous les cas, le mixage de ribab, guitare et outar fait sensation à chaque production en public du groupe. C’est à l’occasion du Boulevard des jeunes musiciens en 2005 que le public marocain l’a découvert. Amarg Fusion s’est aussi produit au festival d’Essaouira et déjà à l’occasion de la deuxième édition de Timitar. Cette année, il est à l’affiche de la soirée de clôture de ce festival, et par la suite, il devrait se produire au Festival de Casablanca.Pour l’avenir, ses ambitions sont grandes. Les membres d’Amarg Fusion souhaiteraient gagner en notoriété à l’international. Sur ce plan, lors de leur participation à la Semaine du Maroc dernièrement aux Iles Canaries, ils ont remporté un vif succès avec leur album «Agadir Ifawn» produit en 2006. Aujourd’hui, avec le soutien décroché par leur nouvel album, ça a l’air d’être bien parti pour eux. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc