×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
Culture

Le Festival du film de Marrakech honore le cinéma égyptien

Par L'Economiste | Edition N°:2651 Le 14/11/2007 | Partager

. 250 projections au programme de la 7e édition. Deux films marocains en compétitionTrès attendue, la 7e édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM) démarre le 7 décembre prochain. Hasard de calendrier ou choix délibéré? En tout cas, pendant une semaine, la ville de Marrakech va vibrer aux rythmes du festival qui promet d’être tout aussi fabuleux que les précédents. Une édition qui aura largement de quoi briller: son lot de stars, de paillettes et de glamour. Côté people, le Festival du film de Marrakech attire plus qu’il n’en faut. On mise également cette année sur les Egyptiens. Sont ainsi attendues, de grandes stars de la trempe d’Omar Sherif, et une des habituées, Yousra. L’incontournable Martin Scorsese, parrain du FIFM, sera de retour pour la 7e. Warren Betty, Annette Benning pourraient être aussi de la fête. Attendus aussi d’autres artistes dont on tait le nom comme Morgan Freeman. La liste n’est pas exhaustive. Pour leur part, Jackie Chan et l’acteur Adil Imam se sont décommandés en raison de tournage. . Compétitions et paillettesOuvert dès le départ à l’international, c’est-à-dire en compétition directe avec les plus grands, le FIFM, présidé par le prince Moulay Rachid, marque les esprits dans le monde du show-biz et ailleurs. Dans un festival de cinéma comme celui-ci, on apprécie tout autant les avant-premières, les compétitions, les paillettes, les stars qui défilent sur le tapis que les soirées «people» où il est bon ton de s’y rendre et de se montrer, et bien sûr de montrer patte blanche pour y être invité. Christian Dior a choisi le Bo zin pour sa soirée très jet-set, alors que le Chill out du Pacha sera le carré officiel des invités VIP du FIFM… On n’en saura pas plus pour l’heure.Côté films, 250 projections sont au programme de cette 7e. Une centaine de plus que l’an dernier. De quoi assouvir la soif de tous les cinéphiles. Et comme chaque année, 16 films sont en lice pour les quatre prix: l’Etoile d’or, le Prix du jury, le Prix d’interprétation féminine et celui d’interprétation masculine. La liste définitive des films en compétition sera connue d’ici peu. Deux films marocains y figureront. Le choix n’a pas encore été arrêté entre trois productions. Il s’agit de «la beauté éparpillé» de Lahcen Zinoun, «Les jardins de Samira» de Latif Lahlou et «En attendant Pasolini» de Daoud Oulad Sayed.Bruno Bardes, directeur artistique de ce festival, affirme souvent que seule la qualité du film est prioritaire. «Il serait indécent, avait-il confié à L’Economiste, de programmer lors d’un festival reconnu internationalement comme celui-ci qui privilégie la qualité des films, d’y insérer des productions de moindre qualité, sous quelconque prétexte de nationalité». C’est le cinéaste tchèque Milos Forman, qui a réalisé entre autres Valmont et Amadeus pour lequel il avait obtenu un Oscar qui présidera le jury.Hors compétition, l’édition 2007 ne déroge pas à son habitude avec un panorama. Après les cinémas italien, espagnol et indien, c’est l’Egypte qui aura la part belle à l’occasion de son centenaire. Un hommage lui sera rendu en présence d’une centaine de stars et de personnalités du pays du Pharaon. Une rétrospective d’une quarantaine de films sera projetée, en présence des protagonistes de cette cinématographie. . Hommage spécialEt un hommage particulier sera donné au 1er film égyptien tourné avec «son» dans les années 1930. Il s’agit de «Nachid Al Amal» ou «L’Hymne de l’espoir», interprété par la diva Oum Kalthoum. Et le deuxième hommage sera dédié à une production contemporaine du cinéma égyptien «Imarat Yacoubian» (L’immeuble Yacoubian), interprété par le célèbre comédien Adil Imam aux côtés de Nour El Chérif et Yousra. Au total, 60 stars égyptiennes et plusieurs autres personnalités du monde culturel seront de la partie. Un vol spécial Caire-Marrakech sera affrété pour l’occasion. Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc