×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le design, maillon faible de la maroquinerie

    Par L'Economiste | Edition N°:456 Le 04/03/1999 | Partager

    Ecologie, design et publicité, la maroquinerie marocaine nécessite un remaniement structurel. Les produits trop classiques ne sont pas compétitifs. Mais la guerre n'est pas perdue...

    Maroquiniers, à vos fusains! C'est le conseil donné par leurs partenaires italiens pour améliorer les créations et le design des produits. M. Luigi Sanna, responsable de la Délégation Commerciale d'Italie, estime que ce n'est qu'ainsi que les entreprises marocaines pourront prétendre aux marchés étrangers et devenir plus compétitives. Les industriels italiens préfèrent, pour l'instant, s'adresser à des entreprises tunisiennes ou roumaines plus compétitives en termes de qualité (matière première, design...). "Il existe seulement soixante entreprises marocaines contre trois cents en Tunisie et quelque trois mille en Roumanie", indique-t-il. Les Italiens sont prêts à investir, confie-t-il, mais ne trouvent pas les dispositions nécessaires pour collaborer.
    Même son de cloche chez M. Azzedine Berrada, président de la Fédération des Industries du Cuir, qui conseille à ses pairs d'entamer leur mise à niveau aussi rapidement que possible pour être prêts dans cinq ans. "De plus, il faudrait que nous puissions livrer à l'Europe un cuir "écologique", fait-il observer.
    Pour M. Albert Azoulay, président de l'Association des Maroquiniers et du Cuir (Assomac), accepter le partenariat italien signifie bénéficier également de leur assistance technique. Il met l'accent sur le coût de la main-d'oeuvre marocaine qui revient 40% moins cher qu'en Italie (550 Lires/minute à façon contre 320 au Maroc) et sur la faible promotion du produit marocain. "Une fois que le produit marocain arrive sur la scène européenne, on ignore tout de sa provenance", ajoute-t-il.
    Les responsables italiens expliquent que les partenariats à eux seuls ne résolvent pas les problèmes. En revanche, il faut que les industriels se mobilisent pour faire décoller le secteur en créant des bases solides.

    Guerres publicitaires


    La zone industrielle est une plaque tournante idéale pour un échange d'intérêts.
    Les outils marketing peuvent aussi être d'un grand intérêt.
    M. Sergio Stella, responsable de la Divison Technologique à l'Assomac, a brossé le contexte dans lequel évolue le secteur de la maroquinerie. Face à la surcapacité de l'offre, le marché est déstabilisé. C'est à coups de budgets publicitaires que les batailles contre la concurrence sont menées. Le défi, dans les années qui viennent, est de transformer cette menace en opportunité d'échange. Dans les années 70, il y avait plus de quatre-vingts maroquineries. Aujourd'hui on n'en dénombre pas plus d'une vingtaine parce que l'effort de transition n'a pas été fait. Ce secteur souffre d'une faible demande en technologie et les produits ne répondent plus aux nouvelles exigences. Bientôt, les marchés nationaux et étrangers ne feront qu'un. D'où la nécessité d'adapter le produit aux impératifs mondiaux.
    Ainsi, note M. Stella, c'est au niveau du point de vente que se développent les tendances. La quête de la qualité s'intensifie et se déplace aujourd'hui vers un nouveau créneau: la marque représente un nouveau code de communication.
    Pour obtenir un produit mode, intégrer les nouvelles technologies au sein de l'entreprise et investir dans la formation du personnel deviennent nécessaires. En amont, il faut être regardant quant à la qualité de la peau et à son adaptation aux normes en vigueur, la mode et les matières se renouvelant sans cesse, il faut être à l'affût du moindre changement. Le marketing, en apportant une valeur ajoutée certaine aux entreprises, les assistera dans leur processus de développement.

    Radia LAHLOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc