×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Le déménagement du Parlement allemand tourne au grand bazar

    Par L'Economiste | Edition N°:597 Le 17/09/1999 | Partager

    · Des députés dans des salles vides

    · Les collaborateurs ne voient pas leurs meubles arriver

    Des sofas vagabonds, des caisses de documents abandonnées dans les couloirs, des plantes vertes égarées, des fax pour les Chrétiens-Démocrates qui atterrissent chez les Verts, des appels pour les Libéraux qui sonnent chez les Chrétiens-Démocrates, un député enfermé un soir dans son bureau: le grand déménagement du Parlement allemand de Bonn à Berlin, censé transférer près de 50.000m3 de meubles et documents en un mois cet été, a tourné au grand bazar. "On nous avait promis une opération grandiose, raconte Harald Wiemann, chef du bureau du député Hermann Kues, vice-président du groupe chrétien-démocrate.
    Les bureaux devaient être vidés à Bonn en un jour, les caisses transportées en une nuit et livrées à Berlin le surlendemain. "Le jour "j", je me suis retrouvé à Berlin dans des pièces vides. Sur les cinq pièces dont dispose notre député, trois n'ont pas été meublées. Pas de téléphone qui marche non plus. Pour les ordinateurs, ça a duré quatre semaines avant que nous ayons un branchement Internet", explique-t-il.

    Six semaines plus tard, alors que le Bundestag vient de faire sa rentrée officielle à Berlin la semaine dernière, le bureau de Hermann Kues attend encore les meubles commandés. "La ligne d'appel d'urgence mise en place pour le déménagement nous a conseillés à demi-mots de chercher ce qu'on pourrait trouver dans les couloirs. Autant dire un appel à jouer les chevaliers pillards!", s'indigne Harald Wiemann.
    Dans les meilleurs des cas, de petites brocantes se sont organisées, les députés troquant entre eux les meubles en surnombre ou ceux inadaptés. Souvent, la panique des collaborateurs ne voyant pas arriver leurs meubles a aggravé le chaos, chacun s'appropriant des tables et étagères qui ont ensuite fait défaut à d'autres.
    Prévu depuis des années, dans un pays réputé pour son sens de l'organisation, ce déménagement avait pourtant été méthodiquement planifié. Le Bundestag s'était assuré les services de l'aéroport de Munich qui avaient déménagé tout le site en une seule nuit en 1992. Pour profiter de l'efficacité privée, quelque 90 PME, groupées au sein du groupe Confern, avaient été sélectionnées. Des autocollants de couleurs différentes devaient aiguiller les cartons, prélevés dans 81 bâtiments différents à Bonn et dispatchés entre 17 immeubles à Berlin. Mais certains ont été décollés ou se sont perdus en route...

    Lorraine MILLOT
    Correspondante à Berlin
    Syndication L'Economiste-
    Libération (France)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc