×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le déficit commercial européen se creuse

Par L'Economiste | Edition N°:2091 Le 22/08/2005 | Partager

. L’inflation reprend son augmentation. Les cours du pétrole à l’origine de cette situationHAUSSE des cours de pétrole, textile chinois… des facteurs qui ont chamboulé les prévisions de croissance économique européenne et ont déformé les indicateurs macroéconomiques sur lesquels se base le raisonnement des Vingt-cinq. Même si la zone euro a enregistré un excédent commercial de 6,5 milliards d’euros en juin, après 2,7 milliards en mai. Les exportations ont baissé de 0,5% en juin, tandis que les importations ont augmenté de 0,3%, en données corrigées des variations saisonnières. Le déficit commercial de l’UE sur le premier semestre 2005 se creuse de 50%, à 45,6 milliards d’euros, contre 30,5 milliards d’euros l’an dernier. Le premier secteur responsable de cette situation est l’énergie, en raison de la flambée des prix du pétrole. De janvier à mai, le déficit a atteint 79,0 milliards d’euros, en hausse de 50% sur l’an dernier. L’UE a augmenté son excédent avec les Etats-Unis, à 31,4 milliards d’euros, contre 28,9 milliards d’euros l’an dernier. Le déficit des échanges avec la Chine s’est accru à -38,3 milliards, contre -28,2 milliards d’euros. Les prix à la consommation ont augmenté de 2,2% sur un an dans la zone euro en juillet, contre 2,1% en juin, tirés par la hausse du prix du pétrole, selon les chiffres définitifs publiés jeudi par l’Office européen des statistiques Eurostat. L’institut a confirmé sa première estimation donnée fin juillet. L’inflation dans la zone euro se maintient donc au-dessus de l’objectif de 2% fixé par la Banque centrale européenne. Pour l’ensemble des 25 pays de l’Union européenne, le taux d’inflation annuelle s’est élevé à 2,1% en juillet, contre 2,0% en juin. Sur le mois, une baisse de 0,1% a néanmoins aussi été constatée. Ce sont les prix de l’énergie, alors que les cours du pétrole n’ont cessé d’augmenter, qui ont eu l’impact le plus important sur la hausse de l’inflation, aussi bien sur le mois que sur l’année. Cette situation intervient dans un contexte délicat où l’Union européenne s’apprête à élargir encore plus son territoire vers l’est du continent et lance de nouvelles candidatures à travers les discussions prévues avec la Turquie et les pays de l’ex-Yougoslavie. De plus, cette conjoncture met en péril les ambitions de l’Union européenne élargie, qui vise à maintenir son poids consistant sur la scène économique et commerciale internationale et de tenir tête aux Etats-Unis considérés comme maître absolu sur les marchés internationaux.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc