×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le décret sur l'amiante adopté par le Conseil de gouvernement

    Par L'Economiste | Edition N°:809 Le 13/07/2000 | Partager

    • Une loi serait plus appropriée• L'adoption de ce décret comble, cependant, un sérieux vide juridiqueLe projet de décret relatif à la protection des travailleurs exposés aux poussières d'amiante a enfin été adopté en Conseil de gouvernement, mercredi 5 juillet. Cette adoption intervient à un moment où la polémique sur l'amiante s'intensifie au niveau international (avec des procès en France, au Canada...).Les apports de ce texte sont importants et concernent notamment le remplacement de l'amiante dans les entreprises concernées par des produits moins nocifs, l'interdiction de l'utilisation et l'importation d'amphibole, l'interdiction du flocage, les mesures de prévention des travailleurs contre les risques d'exposition aux poussières de cette matière, la fixation de la valeur moyenne d'exposition aux fibres d'amiante par le biais d'un arrêté conjoint.Un décret n'est toutefois pas suffisant pour venir à bout des méfaits de l'amiante. Une loi serait plus appropriée. «La loi fixera les obligations des différents manipulateurs de l'amiante, déterminera leurs responsabilités et devra prévoir des sanctions dissuasives à leur encontre, car celles prévues par la loi de 1947 formant statut du travail sont dérisoires«, souligne un pneumologue.3.000 personnes exposéesLe secteur de l'amiante implique plusieurs départements ministériels dont il faut spécifier les responsabilités. Des arrêtés conjoints pour certaines dispositions importantes tels le transport, l'étiquetage du produit à l'état brut et commercial, la gestion des déchets, l'entreposage du matériau... devront être prévus.D'autres mesures visant à minimiser les effets de cette matière sont attendues telles que la réhabilitation des mines fermées depuis 1954, l'inventaire des produits et des activités ayant recours à l'amiante ainsi que l'actualisation de certains textes réglementaires anciens se rapportant à cette matière. Les dernières statistiques du département des maladies respiratoires du CHU Ibn Rochd (datant de 1995) estiment que plus de 3.000 personnes seraient exposées au danger de cette matière.Les importateurs d'amiante officiellement répertoriés étaient 14 et leur nombre ne cesse d'augmenter. Idem pour les entreprises manipulant l'amiante qui étaient au nombre de 72 en 1995.Ce matériau fibreux naturel est largement utilisé sous diverses formes dans la construction, en raison de sa solidité, ses caractéristiques d'isolation et d'absorption thermique et phonique, ses propriétés de résistance aux hautes températures et à la plupart des agents chimiques. Cependant, des travaux et de nombreuses études scientifiques ont établi qu'il présente des risques graves pour la santé. Ces derniers apparaissent dès qu'il y a dispersion des fibres dans l'air et donc inhalation.Les maladies reconnues comme consécutives à l'inhalation de poussière d'amiante sont les fibroses (asbestoses et fibrose pleurale) et les cancers (cancer de poumon et mésothéliome). La caractéristique commune à ces pathologies est leur longue période de latence.E.T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc