×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le CWTC lance son Club

    Par L'Economiste | Edition N°:164 Le 26/01/1995 | Partager

    "Etes-vous déjà allé en Asie?". M. Karim Tazi, directeur général de Richbond, n'attend pas la réponse. "Est-ce que vous savez ce que cela veut dire de se sentir vraiment isolé, déconnecté, incapable? Vous devriez dire à vos clients que ça sert justement à ne pas se sentir ainsi que d'adhérer à un World Trade Center". Les jeunes cadres du Casablanca World Trade Center approuvent la mercuriale de leur client. M. Karim Tazi leur suggère indirectement d'avoir une démarche plus commerciale, plus agressive, pour développer leur portefeuille d'adhérents : "il faut que l'on sente bien le service que vous rendez". Pour lui le premier intérêt des World Trade Centers est d'être un espace où tout un chacun peut "retrouver ses repères" quels que soient son pays d'origine, sa culture, les objectifs de son voyage d'affaires...

    Créé en mai 1994, le CWTC compte un peu moins de soixante membres, dont une dizaine sont des filiales des actionnaires fondateurs. L'objectif est d'arriver à 500 membres en 3 ans dont la moitié pour l'année en cours. L'objectif initial prévoyait aussi un mélange entre les grandes entreprises et les PME. Parmi les membres actuels, dont la liste est publiée dans les publicités du CWTC, ce mélange est effectif.

    Les membres sont organisés en Club, où les mises en relations d'affaires sont facilitées. Le Club doit fixer un programme d'actions. Sont proposées des missions au Mexique (23 au 27 avril 1995), en Israël (mai), en Allemagne (juin), aux Pays-Bas (septembre)et en Chine (octobre). En outre, le Centre prépare un bulletin de liaison, qui publiera notamment la Lettre des Marchés de Upline Securities. Enfin, le Club souhaite devenir un "lobby défendant d'abord les intérêts commerciaux de ses membres" et "de promotion du commerce extérieur marocain". Par ailleurs, le CWTC maintient les services déjà installés : opportunités d'affaires (dont une sélection est publiée chaque semaine dans les colonnes de l'Economiste), accueil des homme d'affaires marocains et étrangers...

    Rappelons que les promoteurs de l'idée d'installer un World Trade Center à Casablanca ont été l'ONA et les grandes banques et la place. L'objectif était double. D'une part, l'existence d'un CWTC classe la ville ou le pays hôte parmi les nations marchandes modernes. D'autres part, ces Centres sont des espaces de services pour les entreprises locales et les entreprises visiteuses. A terme, le Centre attire autour de lui des zones commerciales qui sont des vitrines de l'offre du pays.

    M.C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc