×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Le CNJA engage une réflexion sur les provinces du Nord

    Par L'Economiste | Edition N°:239 Le 18/07/1996 | Partager


    Les provinces du Nord passent par une période difficile. La campagne d'assainissement a dévoilé la faiblesse de l'infrastructure dans cette région. Un nouveau directeur vient d'être nommé pour l'Agence du Nord. Le CNJA propose une journée de réflexion en vue de résoudre ce problème.


    La crise économique que connaissent les provinces du Nord à la suite de la campagne menée par les pouvoirs publics contre la contrebande et le trafic de drogue exige un changement de fond dans l'approche des problèmes de développement de cette région. En ce sens, le Conseil National de la Jeunesse et de l'Avenir (CNJA) organise le 18 juillet à Al Hoceima une session spéciale sur le thème "Développement des provinces du Nord: chantiers de l'avenir". L'objectif de cette réflexion est d'identifier les contraintes et les potentialités de développement. Cette réflexion vise à établir une hiérarchie des priorités pour déceler celles qui correspondent au court terme et celles qui correspondent aux moyen et long termes.

    Le Conseil cherche à travers cette réflexion à délimiter, sur la base de critères objectifs, des unités sous-régionales pouvant servir de cadre de conception et de mise en oeuvre de stratégies de développement local intégré.
    Parmi les objectifs du Conseil figure celui d'élaborer une stratégie fondée sur le renforcement des infrastructures et équipements de base. Cette stratégie est censée comprendre également la participation des acteurs ainsi que le développement des activités porteuses. L'objectif de cette stratégie consiste à lutter contre le chômage et à promouvoir de l'emploi à travers l'insertion des jeunes, l'amélioration des conditions de vie de la population, l'homogénéisation du développement des provinces du Nord et le recentrage de leur organisation régionale.

    Insuffisance des ressources propres


    Cette réflexion prévoit la conception d'un cadre réglementaire et institutionnel et de procédures de financement en vue de mobiliser les acteurs et utiliser de façon rationnelle les ressources disponibles. Cependant, les ressources propres aux provinces du Nord et celles mobilisables au niveau national pour cette action restent limitées. C'est pourquoi il serait judicieux de concevoir le développement de ces provinces dans le cadre de l'ouverture du Maroc sur l'Europe. Ainsi, ces provinces pourraient profiter des dynamiques de développement suscitées par la coopération avec les pays de l'Union Européenne. Des instruments et des programmes spécifiques ont été réservés par l'UE aux provinces du Nord. De surcroît, la diversité des provinces du Nord fait que le développement doit intégrer les spécificités des espaces sous-régionaux qui relèvent des compétences locales.

    Atouts et contraintes


    La plus grande partie des provinces du Nord est constituée d'un espace en grande majorité agricole et rural. Auparavant, les paysans sédentaires vivaient des cultures pratiquées pour une bonne part en terrasse avec irrigation des vallées et du petit élevage. Mais ce mode de vie a été bouleversé depuis la fin des années soixante en raison de l'émigration à l'étranger à laquelle se sont ajoutés l'exode rural en plus du développement de la culture du kif et de la contrebande. En effet, ces deux activités permettaient aux gens de satisfaire facilement leurs besoins. En conséquence, il y a eu une désaffectation pour le travail agricole traditionnel qui rapporte peu comparé aux activités précitées.
    Pour les ressources halieutiques, il est à noter que cette région connaît un suréquipement de la côte méditerranéenne. En outre, l'enclavement de certains ports réduit les possibilités d'écoulement et a des répercussions négatives sur le volume de capture. Le caractère obsolète de la flottille de pêche constitue lui aussi un facteur qui ne favorise pas une bonne exploitation des ressources halieutiques dans cette région. Ajoutons à cela la carence en formation de la population des pêcheurs et le développement du secteur informel. L'élimination de ces contraintes permettrait d'accroître la contribution de la pêche à la dynamisation de l'économie régionale et, partant d'élargir l'offre d'emplois en suscitant certaines activités industrielles.

    Sur le plan industriel, les provinces du Nord ne disposent que de 15% des établissements, 13% de la main-d'oeuvre industrielle et 12% de la production. Cette région ne bénéficie que de 8% des investissements industriels réalisés au sein du pays.
    Le tourisme, lui, n'a pas eu l'impact souhaité au niveau de l'économie régionale. Par conséquent, il n'a pas été à même de créer plus d'emplois. Selon le CNJA, cette situation s'explique par l'absence d'intégration dans la planification et la conception des projets touristiques. En effet, aucune étude de faisabilité n'a été effectuée en vue de diagnostiquer les atouts et les contraintes et de cibler la clientèle. De plus, le tourisme méditerranéen est beaucoup moins exploité au niveau de cette région qu'il ne l'est par le reste des pays méditerranéens tels que l'Espagne et la Tunisie.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc