×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le CNJA délègue des programmes aux chambres professionnelles

Par L'Economiste | Edition N°:61 Le 07/01/1993 | Partager

Au lendemain des élections communales, le CNJA redynamise le Promar. Des zones tests ont été définies pour le lancement du programme intégré. Les chambres professionnelles de leur côté se préparent à accueillir le PIACE.

LA Commission Nationale chargée du suivi de la mise en oeuvre des recommandations de la première session du CNJA, relatives à l'insertion des jeunes diplômés dans la vie active, s'est réunie le 16 Décembre 92.

Parmi les points traités a figuré la mise en place de structures locales du PIACE (Programme d'Information et d'Assistance à la Création d'Entreprises) dans les chambres professionnelles. L'encouragement de l'investissement fait partie des prérogatives qui leur sont assignées par les textes. La Fédération des Chambres de Commerce et d ' Industrie et celle des Chambres d'Agriculture ont signé la convention d'accueil des structures du PIACE pendant le Forum des Jeunes Promoteurs organisé en Juillet. La Fédération des Chambres d'Artisanat l'a signée par la suite.

Auto-insertion

L'implantation du PIACE dans les chambres professionnelles consiste à créer des cellules permanentes qui seront les interlocuteurs pour les créateurs potentiels d'entreprises, marocains ou étrangers. Ces cellules auront pour charge l'information, l'orientation et l'assistance. Pour les chambres, des investissements restent pourtant nécessaires. Toutefois, "leurs ministères de tutelle devraient les épauler", précisent les membres du CNJA.

Les moyens humains dont elles auront besoin ont été évalués à deux ou trois encadreurs par chambre. Un cycle de formation spécifique sera organisé au profit de ces encadreurs. Actuellement, des chambres tests ont été choisies parmi les plus organisées. Un programme détaillé de formation a été arrêté comprenant 14 modules regroupés en quatre thèmes principaux. Il s'agit de la "formation - encadrement", des "dispositifs d'encouragement", des "études de faisabilité" et des "études de cas".

La durée des stages est de 10 à 15 jours. Pour chaque thème, un "interlocuteur optimal" sera désigné, précisent les personnes chargées du dossier.

Par ailleurs, les chambres professionnelles seront invitées à organiser des journées d'information au niveau local afin de sensibiliser les jeunes à I' auto-insertion. Une opération-pilote sera organisée. L'objectif des journées d'information est de véhiculer une certaine culture d'entreprise dans les milieux universitaires.

Une autre réunion s'est tenue le même jour et a concerné le suivi du Promar (Programme de la Promotion des Activités dans le Monde Rural).

L'objectif du Promar est de fixer la population et d'encourager la création des PME. Un désenclavement de la région, la diversification des activités et l'intensification de la production agricole dans certaines zones sont les outils de cette stratégie. La démarche du Promar est d'opérer par zones, délimitées en fonction des conditions topographiques, climatiques et économiques.

De Chtouka à Taourirt, 5 zones tests

Cinq zones tests ont été retenues. Différents critères d'analyse sont pris en compte, la population absolue, l'exode rurale, le chômage, la migration et le PIB agricole par tête. Des programmes intégrés sont alors établis alliant investissements publics et privés. Ces programmes intégrés devront générer des économies externes dans la zone en question mais également entre les zones.

Des visites de travail ont été effectuées dans les communes de Chtouka, Laghdira, Sidi Ali Ben Hamdouche et Taourirt. Des comités locaux de suivi ont été alors formés. Ils sont composés du président du conseil communal, du représentant du Gouverneur de la province, du rapporteur du budget et du Secrétaire Général de la commune. La fonction de ces comités consiste à identifier et à retenir des jeunes promoteurs en fonctions des projets choisis par la commune.

La commune contribuera également à créer un environnement favorable à travers la mise sur pied d'un dispositif d'incitations pour concrétiser la réalisation des projets. Il s'agira de l'aménagement des terrains et de leur cession à des prix symboliques. La Direction des Collectivités Locales a déjà exprimé sa bonne volonté d'oeuvrer dans ce sens.

Actuellement, La zone 4 (Chefchaoun, Al Hoceima, Taounate, Fès et Taza) a été retenue comme une zone-pilote pour développer les aspects méthodologiques du Promar.

Pour la réussite du Promar, la Loi 36/87, relative aux jeunes promoteurs a été élargie aux apprentis. Des cours accélérés pour l'obtention d'une attestation s'adresseront aux fils d'agriculteurs.

L.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc