×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Le Club de L’Economiste reçoit l’ONCF
Les chemins de fer financièrement fréquentables

Par L'Economiste | Edition N°:2559 Le 29/06/2007 | Partager

. Les banques s’invitent au financement de l’ONCF. Des projets éparpillés dans tout le pays L’ONCF est un groupe historique qui traîne derrière lui plusieurs décennies d’inadaptation économique, de délaissement de ces infrastructures et de gaspillage de fonds publics. Si tous les plans de développement depuis la fin des années 90 ont intégré ces problématiques dans leur réflexion pour secouer ce dinosaure poussiéreux, ce n’est que depuis le plan de 2005-2009 que l’Office se donne réellement les moyens d’une mise à niveau. Les 17,5 milliards de dirhams sont ainsi répartis autour d’objectifs rationalisés et ambitieux que sont l’amélioration des capacités et des infrastructures ferroviaires, mais aussi la rationalisation des méthodes de gestion pour un meilleur pilotage de l’entreprise. «Nous voulons dépasser le cap des 30 millions de voyageurs et l’équivalent en tonnes de phosphates avant la fin de ce contrat», affirme ambitieux Khlie.. Améliorer les fondamentauxAinsi, cette généreuse enveloppe apportée au 2/3 par l’ONCF et le reste par l’Etat, sert à financer à 73% le renouveau de l’infrastructure, 3% est réservé à la mise à niveau du matériel et de l’outillage et enfin 24% à l’équipement.Pour s’attaquer à ces fondamentaux qui coûtent très cher, l’ONCF pour ce troisième plan a encore une fois élargi son champ de partenaire, comme pour mieux couper le cordon avec l’Etat. De plus, l’ONCF vient de se libérer d’une dette de la BAD qui lui a permis de gagner environ 50 millions de dirhams (cf. www. leconomiste.com). «Avec l’Etat, c’est un peu comme un jeu d’écriture, nous réduisons chaque année un peu plus sa part de financement, et lui nous remboursera plus tard», explique la directrice communication de l’ONCF, Hayat Boudhane.En effet, pour ce plan aux fonds colossaux, les principales banques de la place marocaine n’ont pas résisté à l’appel de cette entreprise qui aujourd’hui génère un des chiffres d’affaires les plus importants du pays. «Nous avons demandé à un consortium de banque de nous faire un montage financier pour ce plan, il s’agit de la BMCE, la BCP, la BMCI et du CDM qui ont prêté un milliard de dirhams ensemble, et la même somme par la banque Attijariwafa seule», a expliqué Khlie. L’ONCF peut de plus en plus compter sur des partenaires financiers locaux, qui ont réalisé pour l’occasion un montage qui s’est distingué par leur originalité.«Tous ces prêts ont été réalisés sans la garantie de l’Etat, nous nous assumons seul», renchérit Boudhane. Les chantiers sont à la hauteur du défi financier. Pour ce plan ambitieux, l’ONCF prévoit les doublements des liaisons Meknès-Fès (1,3 milliard de dirhams), Nouaceur/Jorf Lasfar (879 millions) et Sidi El Aïdi-Settat (400 millions de dirhams). Les projets de création de ligne sont quant à eux les plus onéreux avec la création de la liaison Tanger-Port Méditerranée (2,8 milliards), et de la ligne Sidi Yahia-Mechraâ Bel Ksiri (1,1 milliard) et enfin la liaison Taourirt-Nador (2,5 milliards). Ajouter à cela les projets de rénovation de sécurité et de signalisation (cf. L’Economiste du jeudi 28 juin), mais surtout les projets de construction des complexes ferroviaires tels que la gare de Marrakech (70 millions), de Casa Port (100 millions) et de Fès (60 millions). L’ONCF aujourd’hui peut se vanter d’avoir à ses pieds une cour d’investisseurs nationaux et internationaux qui ont bien compris le potentiel de rentabilité de ces chantiers. Najlae NAAOUMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc