×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Le CJD s’intéresse aux enfants aussi

    Par L'Economiste | Edition N°:2479 Le 07/03/2007 | Partager

    . Accord de partenariat avec le ministère de l’Education. Des projets-pilotes dans quatre écoles à CasablancaPour la deuxième année consécutive, le Centre des jeunes dirigeants (CJD) finance et accompagne 4 projets-pilotes, réalisés par les enfants venant de 4 écoles situées en quartiers populaires. Ces projets consistent en la réalisation d’un court-métrage, d’un journal d’école, d’un reportage sur l’enfant entrepreneur et en la plantation d’arbres.Pendant un mois et demi, 4 membres du CJD ont travaillé de manière permanente, sur le terrain, avec ces enfants, pour les encadrer et suivre leurs travaux. Le choix des écoles a été effectué par le ministère de l’Education nationale, avec lequel un accord de partenariat a été signé. A travers cette opération, le centre cherche à créer un esprit d’entreprenariat chez les jeunes enfants et à développer une approche pédagogique basée sur la prise d’initiative. «Nous espérons que ces projets pilotes créeront de l’émulation auprès des enfants et que ce genre d’opérations se généralisera non seulement dans les écoles publiques mais aussi privées, à Casablanca et dans les autres villes du pays», est-il indiqué auprès du CJD.Chaque projet coûte en moyenne 2.500 DH, et le financement provient exclusivement des cotisations. Selon le Centre, cette démarche est intéressante et ne coûte pas cher. Aussi, l’objectif est-il d’élargir l’expérience.Le Centre tient aussi à avoir l’adhésion des enseignants, dont le rôle est primordial. Plus ces derniers sont motivés, mieux les projets fonctionnent. Le CJD organise aussi des rencontres au cours desquelles des ordinateurs, des ouvrages, des connexions internet, des tee-shirts sont offerts aux enfants porteurs de projets, pour les encourager et favoriser la prise d’initiative. Tous les enfants concernés iront par ailleurs au Salon de l’enfant, qui se tiendra à la Foire internationale de Casablanca du 8 au 13 mars. Un espace intitulé «Espace initiatives» leur sera dédié dans le stand du CJD. Ils auront donc la possibilité d’exposer aux visiteurs leurs réalisations et de partager leur expérience avec d’autres enfants.Rappelons que le CJD est un centre qui a été créé en 2001 par une vingtaine de jeunes dirigeants d’entreprises. Aujourd’hui, il compte 140 membres. Parmi ses autres activités actuelles, figurent le lancement d’une «école des entrepreneurs» au sein de l’Université Hassan II de Casablanca, la réalisation d’un guide pour jeunes promoteurs en français, en arabe et en amazigh, l’organisation d’un forum des métiers dans plusieurs villes du pays et la création d’un «permis de conduire pour jeunes créateurs». Un congrès est prévu aussi les 22 et 23 juin à Tanger pour clôturer le mandat du président sortant et signer une convention avec une association espagnole de jeunes dirigeants, qui compte 18.000 membres. Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc