×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le café soluble gagne du terrain

Par L'Economiste | Edition N°:2336 Le 08/08/2006 | Partager

. Le marché dominé par cinq opérateurs. Renchérissement des matières premières. Une étude de BMCE BankEN dépit de la progression timide de la consommation, le marché du café au Maroc connaît un inversement de tendance. Le café soluble gagne de plus en plus du terrain au détriment du moulu. Un changement qui oblige les entreprises du secteur à étoffer leurs gammes et élargir leur couverture du marché. C’est ce qui ressort d’une étude sectorielle réalisée par le département études et documentation de BMCE Bank.Les ventes du café, toutes catégories confondues, ont timidement progressé entre 2002 et 2005. Elles sont passées de 18.064 tonnes à 18.588, dans un rythme annuel moyen de 1% seulement. Cette situation est imputable à la baisse tendancielle des ventes du café moulu. Ce produit perd en moyenne annuelle 4,5% de son chiffre d’affaires, selon les rédacteurs de l’étude. Le Marocain consomme en moyenne 800 grammes de café par an. Une quantité, certes, inférieure à la moyenne de ses voisins maghrébins, mais qui évolue régulièrement depuis une trentaine d’années. Le lancement du café soluble a d’ailleurs été d’un grand apport dans la dynamisation de l’activité. A noter que près de 78% du volume des ventes sont destinés au circuit traditionnel. Même avec 82% de part de marché, les variétés traditionnelles du café sont en perte de vitesse. Si le café en grains conserve son leadership, le moulu (33% du marché) cède du terrain au profit des nouvelles formules. Le café soluble accapare désormais 19% du marché, grâce à des ventes en hausse de 13%. Le Maroc est certes un importateur net de café vert, mais il développe une industrie de torréfaction à la mesure de ses besoins. La production est assurée par 25 entreprises, mais le secteur est dominé par cinq principaux intervenants: Kraft Foods, Dubois, Bourneix, Nestlé et Cafés Sahara. En 2004, les grains non-torréfiés représentaient 88% des importations marocaines de café contre 8% de café prêt à la consommation. Toutefois, la quantité des matières premières importées ne cesse de diminuer en raison du renchérissement des coûts d’importation. Elle est passée de 36.897 tonnes en 2002 à 26.881 en 2005. Toutefois, la diminution des quantités n’a pas d’effet sensible sur la valeur. Le coût d’importations du café non torréfié est passé de 259 à 252 millions de DH pour la même période. «Initialement importateurs de café haut de gamme, les torréfacteurs se sont progressivement tournés vers une matière première moins coûteuse, en provenance essentiellement des pays d’Afrique», souligne l’étude. Plus de 41% des importations marocaines provenaient, d’ailleurs, de cette région en 2004. Cela dit, les entreprises du secteur, à l’exception de Kraft Foods (1), totalisent un chiffre d’affaires de 372,31 millions de DH en 2004, en progression de 8% par rapport à l’année d’avant. Leur résultat net ressort à 27,05 millions de DH en baisse de 4%. La production est acheminée vers trois principaux débouchés: les grandes et moyennes surfaces, les grossistes et les cafés-hôtels-restaurants. Ce circuit est d’ailleurs servi par des opérateurs spécialisés, en raison de la différence des formats et des emballages volumineux exigés. Les grands opérateurs de l’industrie du café occupent des positions contrastées sur les deux principales catégories du produit. Les segments traditionnels et cafés en grains et moulus sont dominés à hauteur de 62% par Kraft Foods (2), la multinationale ayant repris les Cafés Ennasr (Samar, Gaouar…). Les Cafés Sahara arrivent loin derrière en seconde position avec 17% de part de marché. La situation est totalement différente sur le segment des cafés solubles, où Nestlé occupe 84% du marché par le biais de sa marque de référence Nescafé. Kraft Foods commence à grignoter des parts de marché sur ce segment. Elle en détenait 11% en 2004. Les capsules et les formules mix sont respectivement dominées par Lavazza et Nestlé.Nouaim SQALLI(1) L’étude n’intègre pas les données de Kraft Foods (2) Chiffres 2004

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc