×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Le béton prêt à l'emploi tiré par les Tours Meffre

Par L'Economiste | Edition N°:219 Le 29/02/1996 | Partager

La progression des Tours Meffre est rapide. Ce stade avancé dans la réalisation de cet ensemble provient essentiellement de l'organisation des travaux faisant appel à des techniques modernes comme le BPE (béton prêt à l'emploi).

C'est la Société Générale des Travaux du Maroc (SGTM) qui construit ces deux gratte-ciel pour le compte de l'ONA-Immobilier. Mais en dépit de son expérience dans le domaine du bâtiment et la réalisation de gros ouvrages, la SGTM a fait appel à Bétomar, entreprise spécialisé dans la fabrication et la livraison du BPE. Cette filiale des Ciments du Maroc a jusqu'ici livré aux Tours Meffre 11.000 des 40.000 mètres cubes de BPE prévus. Les bétonnières de la SGTM devront produire 5.000 mètres cubes. Ce volume de béton devra suffire pour la réalisation des 100.000 mètres carrés construits, superficie évaluée des deux tours.

Plus les tours montent, plus le recours au BPE devient vital. Car, outre le béton fabriqué en fonction des exigences du constructeur et des contraintes de la construction, l'entreprise met à la disposition du client un parc de 8 pompes, dont une en flèche de 32 mètres et quatre bras, présentée comme la plus grande du Maroc. Souvent les entreprises ont besoin de plusieurs sortes de béton par jour et pour un même ouvrage selon qu'il serve aux dalles aux poteaux...affirme M. M'Hammed Lazrak, responsable BPE-région Centre à Bétomar. Pour la construction des Tours Meffre, Bétomar livre en moyenne 100 mètres cubes par jour de BPE dans des camions-toupies d'une capacité de 6 mètres cubes. Le pic de la production a été atteint avec 900 mètres cubes en deux jours, obligeant l'entreprise à mobiliser deux centrales. Mais afin de garantir la qualité des produits, des ingénieurs de Bétomar prélèvent des échantillons destinés aux analyses effectuées au laboratoire de l'entreprise. Ces échantillons sont par la suite mis dans des presses d'essais qui les écrasent afin de vérifier la résistance à la compression et à l'attraction du béton. Les promoteurs du BPE citent ses avantages par rapport au béton traditionnel. Pour eux, la qualité de produit est perceptible dans la précision du dosage et la maniabilité à l'utilisation.

Si l'utilisation du BPE supprime les pertes et les gaspillages de matériaux, elle organise le chantier d'une manière rationnelle. A ce titre, le spectacle traditionnel des camions de graviers et de sable sillonnant les grandes villes est remplacé par celui de camions toupies. D'ailleurs, les chantiers traditionnels occupent de la place, débordent souvent sur la chaussée gênant ainsi la circulation des piétons et des voitures. Selon M. Lazrak, un autre avantage réside dans l'économie d'heures de travail et du nombre de personnel mobilisé. De même, le BPE est livré à des cadences que les chantiers ordinaires ne peuvent assurer, indique-t-il. La protection de l'environnement n'est pas en reste puisque le béton calcaire utilise le sable de concassage dans des carrières. Ce procédé présente l'atout de protéger l'environnement en conservant intact le sable du litoral. D'ailleurs, il permet de diversifier les produits et les rendre plus esthétiques comme le béton désactivé ou coloré utilisé pour le siège du Crédit du Maroc à Agadir.

Le BPE est également utilisé pour atteindre une autre clientèle, soutient M. Lazrak. La gravette de qualité permet au béton d'être un vecteur de commercialisation des ciments.

De son avis, le recours au BPE reste très faible qui n'est utilisé que dans quelques chantiers. La construction des barrages, consommant de grandes quantités de ciments, travaille à la traditionnelle. Pour expliquer cet état, les professionnels invoquent un passé entaché d'irrégularités de ce produit. Même si l'expérience du BPE a démarré en 1972, les tricheries ayant caractérisé la composition du produit, l'absence de qualité, ont découragé des promoteurs immobiliers à s'en approcher. Il a fallu attendre 1989 pour fabriquer le BPE d'une manière industrielle et par ricochet assister à l'effritement progressif de cette réputation.

Cependant la reprise du BPE reste timide même si le secteur a compté 14 centrales à béton à la fin 1995 appartenant à six sociétés dont trois cimenteries: Lafarge, Ciments du Maroc et Cior-Fès. Les trois qui restent sont dirigées par des indépendants à Tanger et deux à Casablanca. Dans cet ensemble, Bétomar dispose de cinq centrales (à Rabat, Agadir et trois à Casablanca) qui auront livré quelque 330.000 mètres cubes de BPE en 1995. Avec ce volume, Bétomar détient 55% des parts de marché. Dans le grand Casablanca, le taux de pénétration est évalué à 5% (ciments incorporés dans le BPE par rapport aux ciments vendus).

M.C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc