×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le barrage Al Wahda sous haute surveillance

Par L'Economiste | Edition N°:2953 Le 30/01/2009 | Partager

. Gros retard dans la réalisation de diverses cultures . D’importants dégâts enregistrés sur les céréales et maraîchages . L’agriculture printanière devrait sauver la mise«La vigilance est de mise dans la région du Gharb», révèle une source du secrétariat d’Etat chargé de l’Eau et de l’Environnement. Le barrage Al Wahda atteint cette année un niveau jamais égalé depuis 30 ans suite aux précipitations abondantes et ininterrompues depuis plusieurs semaines. Le cumul pluviométrique sur 5 mois, mesuré à la date du 20 janvier, dépasse de loin les performances réalisées en 1978. Il se situe à 524 mm contre 485 enregistré lors de cette fameuse année. La situation est la même pour tous les barrages qui affichent des taux de remplissage très élevés. El Kansera a fait pratiquement le plein, Idriss 1er dépasse les 90% de sa capacité et Al Wahda retient plus de 3,1 milliards de m3. Pièce maîtresse de la région, à la fois comme réservoir d’irrigation et retenue de protection contre les inondations, le barrage Al Wahda a dû ouvrir ses vannes à plusieurs reprises pour limiter le débit véhiculé par l’oued Sebou. En effet, explique notre source, il y a risque d’inondation dès lors que le débit de Sebou s’approche des 800 mm/seconde. D’où une mobilisation et une vigilance sans relâche des équipes de surveillance et d’intervention. N’empêche que des débordements des oueds Rdom, Tihli et des canaux Oulad Khlifa et Bghilia ont été enregistrés. Selon l’Office de mise en valeur agricole du Gharb (ORMVG), «ces crues ont provoqué d’importantes stagnations des eaux». Pas moins de 44.000 ha ont été affectés. Sur cette surface, 15.000 ha de céréales sont d’ores et déjà déclarés sinistrés. D’importants dégâts ont aussi touché les maraîchages, la betterave à sucre et les cultures fourragères. A titre d’illustration, 6.570 ha de bersim (culture fourragère très importante dans la région du Gharb) ont été inondés. De plus, les travaux d’entretien des cultures et de cueillette ne sont pas entrepris dans de nombreuses zones en raison de la boue et des marécages. Même la campagne d’usinage de la canne à sucre tarde à démarrer. De manière générale, peut-on lire dans la note de l’ORMVAG sur l’état d’avancement de la campagne agricole, les programmes n’ont été réalisés que partiellement. Le constat est valable pour les céréales et les cultures sucrières. Ce retard est particulièrement prononcé pour le blé tendre qui occupe près de 80% des superficies réservées aux céréales: 140.000 ha ont été semés sur les 187.000 prévus.Mais le directeur de l’ORMVAG, Kamal Bennouna, se veut rassurant. Selon lui, «tout peut être rattrapé par les cultures de printemps et notamment les oléagineux dont le Gharb en constitue le berceau». Mieux encore, les superficies des céréales perdues peuvent être reconverties en tournesol. Sans perdre de vue, aussi, l’impact bénéfique des pluies sur la nappe phréatique. Tout particulièrement dans les zones hydro-morphes (merja) où les eaux souterraines connaissent une remontée inquiétante de la salinité. Or, selon l’Office, ce sont ces zones qui ont été les plus touchées par les inondations.


Pénurie de plants

Le programme de rajeunissement des plantations agrumicoles risque d’être reporté d’au moins un an. Et pour cause! La pénurie de plants performants et certifiés indemnes de maladies. Autrefois berceau de l’agrumiculture nationale, le Gharb accuse un grand retard dans le renouvellement de son verger. Actuellement, la superficie plantée est de 14.830 ha. Les rendements sont en moyenne de 18 tonnes/ha pour les petits fruits et 23 pour les oranges.A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc