×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Le «Day Trading», un phénomène boursier en plein boom aux Etats-Unis

    Par L'Economiste | Edition N°:619 Le 19/10/1999 | Partager


    · Ces opérateurs d'un jour font fureur
    · Aujourd'hui, une soixantaine d'entreprises ont investi ce créneau


    La hausse continue de Wall Street depuis plus de 8 ans et l'accès direct aux marchés via l'Internet ont fait naître une nouvelle population de boursiers aux Etats-Unis, les «Day Traders» ou «opérateurs d'un jour», dont l'activité commence à préoccuper les autorités financières américaines.
    Dans son bulletin mensuel, la Commission des Opérations de Bourse de Paris (COB) reproduit une étude réalisée par l'Agence financière du Trésor à New York consacrée à ce phénomène.
    Selon cette étude, le «Day Trading», symbole de l'argent électronique facile du «Bull Market» (marché haussier) de la fin des années 90, est en plein essor aux Etats-Unis. Il se situe entre la spéculation et l'arbitrage et représente entre 12 et 15% des volumes quotidiens des échanges sur le Nasdaq.
    Cette activité, estime l'agence financière américaine, a accru l'animation des marchés et provoqué un resserrement des spreads, (écarts de cours proposés par les vendeurs de titres traditionnels). Ce dernier point a profité à l'ensemble des investisseurs, selon l'étude. Sur le Nasdaq, la baisse des spreads aurait atteint 30% l'an dernier. Mais, note l'organisme américain, ce résultat a été obtenu au prix, souvent, de la propre perte de ces acteurs de marché.
    L'opérateur d'un jour est un individu qui cherche à tirer profit des mouvements de cours à l'intérieur de la journée de cotation. Il réalise ses transactions grâce à un accès direct aux marchés par l'intermédiaire de l'Internet via des courtiers en ligne.
    L'étude américaine distingue deux sortes d'opérateurs: des personnes exerçant une activité professionnelle parallèle ou des retraités qui consacrent 2 à 3 heures par jour à des activités de trading via l'Internet. Mais pour certaines personnes, essentiellement des jeunes, le Day Trading est devenu une activité à part entière, en général réalisée dans le cadre d'une activité spécifique.
    Les Etats-Unis comptent une soixantaine d'entreprises de ce type comme All-Tech, On-Line Investment Services, Tradescape.... 4.000 à 5.000 opérateurs d'un jour y travaillent.
    Ces opérateurs d'un jour ont rarement une stratégie particulière hormis celle de gagner de l'argent en quelques heures et de réaliser du cash en fin de séance. Ils ne s'intéressent guère à la nature de la société, ni à sa santé financière et se situent donc radicalement à l'opposé des gestionnaires de fonds, remarque l'étude.
    Cette activité est à haut risque: 70% des opérateurs, partis avec un capital de 10.000 à 50.000 Dollars, abandonnent après quelques mois de pertes.

    Radia LAHLOU (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc