×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'antisémitisme, «un mal qui ronge»

Par L'Economiste | Edition N°:1739 Le 02/04/2004 | Partager

. Le diagnostic d'un rapport de l'Observatoire de l'UEL'antisémitisme est un véritable “problème auquel il faut faire face” en Europe. C'est la principale conclusion d'un rapport de l'Observatoire de l'UE pour les phénomènes racistes et antisémites, rendu public mercredi 30 mars au Parlement européen à Strasbourg. Selon cet observatoire, basé à Vienne, les manifestations d'antisémitisme sont devenues “plus fréquentes” dans certains pays d'Europe, comme l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni. Cette situation crée “une grande détresse chez de nombreux membres de la communauté juive”, ajoute ce rapport de 400 pages, dont 50 pages de témoignages de membres de la communauté juive. Pour Pat Cox, président du Parlement européen, “la hausse démontrée des attaques antisémites est une insulte aux principes fondamentaux sur lesquels l'UE est fondée.” Pour sa part, le Congrès juif européen (CJE) a regretté que le rapport soit “en demi-teinte”, en minimisant “la responsabilité des jeunes musulmans” dans les incidents et attaques observés en Europe. Le rapport de l'Observatoire estime en effet qu'il est “problématique” de porter une appréciation générale sur les auteurs des actes antisémites à l'échelle européenne. Il se borne à reconnaître que dans au moins sept pays (Belgique, Danemark, France, Allemagne, Pays-Bas, Suède, et Royaume-Uni), “une proportion variable” des victimes d'actes antisémites désigne comme agresseurs des “jeunes musulmans”, des “personnes d'Afrique du Nord”, ou des “immigrés”. L'autre groupe d'auteurs d'actes antisémites repéré par l'Observatoire comprend des “activistes d'extrême droite et des jeunes hommes blancs influencés par les idées extrémistes, notamment des groupes de skinheads”. Rappelons que l'Observatoire avait refusé de publier à la fin 2003 un avant-projet de rapport sur l'antisémitisme, qui concluait à “la fréquente complicité de groupes musulmans et propalestiniens dans des incidents antisémites en Europe”, en estimant qu'il ne réunissait pas des critères scientifiques.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc