×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Lancement de projets de lutte contre la pauvreté dans le Haouz

Par L'Economiste | Edition N°:733 Le 27/03/2000 | Partager

. Le programme est initié par le Ministère de la Prévision Economique et du Plan en collaboration avec le PNUD

Les effets de la sécheresse ont commencé à se faire sentir. Dans les petits centres ruraux, l'angoisse des populations a fini par prendre forme. Le constat est partout le même: la situation est critique et elle risque de s'aggraver davantage en l'absence de mesures adéquates.
Certes, le plan d'urgence antisécheresse dont les grandes lignes ont été dévoilées vendredi dernier par M. Abderahman Youssoufi au Conseil du gouvernement permettra d'atténuer les conséquences, mais il ne sera pas suffisant. D'autres actions d'urgence devront être programmées en parallèle. Les Administrations et Ministères auront en ce sens un rôle déterminant à jouer à travers la réalisation de petits projets au bénéfice des populations rurales les plus défavorisées. C'est en tout cas la conviction de M. Abdelhamid Aouad. Le ministre chargé de la Prévision Economique et du Plan a procédé la semaine dernière, avec M. Bouna Semou Diouf, représentant résident, coordinateur du système des Nations Unies à Rabat au lancement de nombreux projets de développement économique et social dans les communes rurales de Sti Fadma et d'Iguerferouane (province du Haouz).

Comité de suivi


Ces opérations s'inscrivent dans le cadre du programme de développement humain durable et de lutte contre la pauvreté, initié en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). L'opération bénéficie dans l'étape actuelle à quatre provinces (le Haouz, Chichaoua, Essaouira et Chefchaouen). Elle devra se généraliser ultérieurement sur l'ensemble du territoire national. Ces provinces ont été sélectionnées sur la base d'un indicateur synthétique, qui a permis de les classer comme les plus défavorisées du Maroc, indique un communiqué du Ministère de la Prévision Economique et du Plan.
Le nombre de projets retenus au titre de ce programme est de 54 (Chichaoua, 9, Essaouira, 19 et Chefchaouen, 10). En ce qui concerne la Province du Haouz, le programme d'action au titre de l'exercice 1999-2000 comporte 16 projets répartis sur 10 communes rurales. Ceux-ci vont de la construction de séguias à l'élevage de caprins, en passant par des ouvroirs féminins, des coopératives de collecte de lait, d'apiculture et d'élevage amélioré de bovins. Les travaux relatifs à ces projets ont démarré en février. Les délais d'exécution varient entre quatre et sept mois selon la nature des opérations. Le coût global de ce programme, financé par le PNUD, est estimé à 1,9 million de DH et le coût annuel de fonctionnement et d'entretien à 305.000 DH. Afin d'assurer la réussite de ce programme, un comité de suivi présidé par le gouverneur a été mis en place.

Adil BOUKHIMA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc