×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Lancé par EL BM 3 mois après la France : Informatique : L'ordinateur à reconnaissance vocale et contextuelle sur le marché

    Par L'Economiste | Edition N°:164 Le 26/01/1995 | Partager

    L'ordinateur doté d'un système de dictée personnelle reconnaît, nous seulement la voix, mais aussi le contexte des mots qui lui sont communiqués. Les risques d'erreurs d'orthographe et de grammaire en sont minimisés. Cependant, la réceptivité du public reste difficilement évaluable dans l'immédiat

    EL BM (Electronic Business Machine), concessionnaire d'IBM, introduit sur le marché marocain le micro-ordinateur équipé du système de dictée personnelle IBM. Le nouveau produit comprend le microphone, la carte qui permet la connexion du microphone sur le micro-ordinateur, le logiciel et le dictionnaire, le tout pouvant être acquis à près de 15.000 DH hors-taxes. La puissance machine nécessaire étant assez faible, le système de dictée personnelle fonctionnera sur tout micro-ordinateur équipé d'un processeur 486SX - 25Mhz, disponible sur le marché au prix de 15.000 DH.

    Le poste de travail complet revient donc à environ 30.000 DH.

    Par ailleurs, ce système est disponible en allemand, américain, anglais, espagnol, français et italien. Une version en arabe est lancée par IBM France le 24 janvier 1995. Seul le logiciel est à changer pour accéder aux différentes langues, la carte demeurent la même. Le produit a nécessité une vingtaine d'années de recherche et la version arabe a demandé à elle seule huit ans de travail. La version française standard est livrée avec un dictionnaire de 32.000 mots et "d'autres dictionnaires spécialisés dans différents domaines (médical et juridique...) sont en court d'élaboration."

    Ordinateur sans clavier

    Cet ordinateur OS2 personnel fonctionne sans clavier, sur la base de reconnaissance vocale. Il a été conçu au départ pour les handicapés moteurs. Ensuite, IBM a envisagé d'élargir la cible aux professions libérales ayant fréquemment recours aux rapports et comptes-rendus (avocats et médecins). Cette machine va également faciliter la gestion électronique du bureau puisque le traitement de texte et les commandes rentrées habituellement au clavier (ou à la souris), peuvent être introduites par la voix.

    Le système de dictée personnelle reconnaît la voix et le texte dicté dans son sens orthographique et son contexte. "Il est doté du système de reconnaissance contextuelle", précise M. Philippe Laboureix, directeur commercial d'EL BM. Ce système fonctionne selon un modèle de langage probabiliste. Il s'agit d'une base de données qui contient l'orthographe de chaque mot du dictionnaire et la probabilité qu'il apparaisse dans un contexte donné. Ce mécanisme minimise le risque d'erreurs grammaticales. Ainsi, l'ordinateur écrira "Le bateau entre dans le port en non le porc..."

    Différents modèles de langages appropriés à des secteurs spécifiques ont pu être élaborés. Cependant, le modèle de langage standard a été conçu à partir de la correspondance de bureau.

    Quant à la carte unique nécessaire au fonctionnement, elle assure la conversion du signal analogique en signal numérique et le décodage acoustique. Elle va permettre la reconnaissance vocale et le fonctionnement rapide de la dictée personnelle.

    Le microphone de type casque livré en standard permet de libérer les mains et de limiter l'influence des bruits environnants.

    "Permis de conduire"

    Avant d'accéder au système de dictée personnelle, l'utilisateur doit se soumettre à un exercice d'apprentissage qui permet à la machine d'enregistrer le modèle de voix. "Ce permis de conduire" va consister à prononcer 160 phrases au cours desquelles le système enregistre le timbre de voix et la prononciation, les met en mémoire.

    "Il sera capable d'interpréter chaque mot prononcé par cette voix et le placer dans son contexte", explique M. Laboureix.

    Ce système de reconnaissance vocale permettra à la machine de procéder à la décomposition de la voix en différentes courbes, puis de comparer les mots avec ceux qu'elle a en mémoire avant de créer des contextes complets pour y intégrer ces mots.

    Plusieurs personnes d'une même entreprise peuvent utiliser la machine, à condition qu'elles passent le test de reconnaissance.

    "Nous considérons ce produit comme un véritable outil de travail, non comme un gadget, puisqu'il vise à accroître véritablement la productivité de certaines professions...", ajoute M. Laboureix.

    Ce produit visera à consolider l'image de marque de IBM et à maintenir une longueur d'avance par rapport aux concurrents. Cependant, les dirigeants d'EIBM ne tablent pas sur une demande importante dès le départ, car une phase d'adaptation est nécessaire.

    "La suppression du clavier et de la souris peut provoquer une certaine angoisse chez l'utilisateur". Ce produit est encore trop récent (sorti en France le 15 septembre 1994) pour évaluer la réceptivité du public.

    De plus, la version actuelle proposée ne fonctionne qu'avec les systèmes d'exploitation multitâche IBM (OS2 ou Warp). Les améliorations envisagées, dont certaines sont à l'étude, élargiront le champ d'application du produit.

    EL BM apte pour une croissance modérée

    A l'issue d'un partenariat entre l'ONA (49%) et IBM France (51%) en 1993, la société EL BM a entrepris la redynamisation de son activité, affirmant par là la volonté d'IBM de rester présent sur le marché marocain. Le portefeuille client a évolué depuis 1993 avec une croissance confirmée des PME et le maintien des autres clients, gros consommateurs de produits informatiques tels que les banques et les assurances. "Le marché est loin d'être saturé, puisqu'il connaît un taux de croissance allant de 5 à 6%/an", déclare M. Michel Bottin, directeur général d'EL BM. Une étude de marché initiée par les dirigeants montre que l'activité de la société s'accroît à un taux de 12 à 15%/an. Les parts de marché de la société ont donc tendance à se consolider.

    Selon M. Bottin, tous les produits sont actuellement porteurs.

    Néanmoins, un accent particulier est mis sur le réseau considéré comme d'un des axes d'avenir. En effet, la société mise sur l'ensemble du matériel destiné à communiquer les informations, à les stocker, à les manipuler et à assurer une sécurité physique et logique maximale. Il s'agit des contrôleurs de communication, de logiciels spécialisés mais surtout de savoir-faire. "ELBM a été choisie comme maître d'oeuvre de l'Université Al Akhawayn", souligne M. Bottin.

    Les produits porteurs de la gamme actuelle sont les AS 400 de moyenne et haute gamme pour les PME ainsi que la gamme sous-UNIX et la gamme micro. Ils représentent entre 1/3 et 1/4 du chiffre d'affaires. La prestation de services devient, à l'image de la tendance mondiale, un autre axe de développement pour EL BM. En effet, l'ensemble des constructeurs proposent en plus du matériel informatique des solutions basées sur la communication et le transfert de compétence. D'où la nécessité d'un personnel qualifié pour une entreprise telle qu'EL BM. "La perte d'effectifs observée en 1993 a largement été compensée. Entre Casablanca et Rabat, nous disposons d'un effectif de 70 personnes ", précise M. Bottin.

    Ingénieurs, techniciens de maintenance et ingénieurs commerciaux constituent plus des 2/3 de notre personnel. Le bureau de Rabat a été renforcé pour maintenir le portefeuille administration et autres gros clients (banques et assurances). La société mise sur une croissance moyenne de 10 à 15% du chiffre d'affaires. "Nous préférons privilégier une croissance modérée et assurer une qualité de service et un suivi pour l'ensemble de notre clientèle". Enfin, l'ONA compte céder prochainement ses parts (49%) suite à sa décision de recentrer ses activités. IBM France rachètera une fraction de ces parts pour confirmer son intérêt pour le marché marocain.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc