×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique Internationale

    L'amour révolutionnaire de Naty pour Castro

    Par L'Economiste | Edition N°:424 Le 18/01/1999 | Partager

    (Financial Times)

    "Havana Dreams". Tel est le nom de l'ouvrage remarquable écrit par l'Anglaise Wendy Gimbel. Ce livre narre les relations passionnelles de Fidel Castro avec sa bien-aimée Naty, ainsi que la désillusion et l'exil des Cubains depuis sa prise du pouvoir. Un récit qui, malgré sa simplicité, nous révèle beaucoup de choses sur la vie à Cuba.


    Dans une petite pièce encombrée d'un appartement à la Havane, une femme majestueuse, vieille comme le temps, s'assied sur sa chaise et tourne les pages de ses albums-photos.
    Dona Natica regarde des photos de danse dans le vieux Club de Yacht, celles des dames de la haute société jouant une partie de canasta (jeu de cartes) à l'Hôtel de Séville. Il y a des photos ternies par le temps de quelques jeunes hommes et femmes élégants se promenant le long du Malecon, au bord de la mer de la Havane.
    Dans la même pièce, la fille de Dona Natica, Naty, est totalement absorbée par ses souvenirs du bon vieux temps. Elle dénoue le ruban qui entourait une pile de lettres passionnelles qu'elle avait échangée au début des années 50 avec Fidel Castro. Le futur leader cubain était en prison. Naty, issue d'une famille riche de commerçants, était en train de se frayer une voie dans la haute société cubaine. "J'ignore ce qui nous attend, mais je tiens à ce que tu saches que je te réserve une grande place dans mon coeur", lui avait écrit Fidel.

    Le grand-père de Natalia Revuelta Clews (Naty) était ingénieur dans la marine. Originaire du Staffordshire en Angleterre, il est arrivé à Cuba à la fin du siècle dernier. Naty qui est née en 1940 à la Havane avait mené une vie brillante. A l'âge de 20 ans, elle était d'une beauté éclatante.
    "La Havane de l'après-guerre, tout comme Paris et Buenos Aires dans les années 20 et 30, était un lieu très enchanteur: Elle avait hébergé le Roi de Belgique Léopold qui est venu jouer au golf avec le comte de Barcelone; la Duchesse d'Alba a dansé au bal de Gomez-Menas; et tous les dîners "cravates noires" qui ont eu lieu après la régate au Club de Yacht de la Havane. Le vainqueur de la Copa Bacardi s'asseyait sur une chaise longue et chantait en choeur avec Carole Lombard "Lobo de Mar". Ce n'est pas par hasard que cette grande place a été nommée El Encato (l'Enchantement)".
    Naty était prise dans un milieu où les gens ne rêvaient que de décoration. Elle a épousé un chirurgien plus âgé qu'elle de 20 ans et a eu une fille de lui. C'est par la suite qu'elle a eu le coup de foudre pour Fidel Castro.
    Fidel se réfugiait dans la maison de Naty lors de sa lutte contre Batista. Dona Natica reste terrifiée, jusqu'à nos jours, par les folies amoureuses de sa fille. Le malheur pour cette dame, c'est que Fidel ne savaient pas danser. La relation entre ce révolutionnaire égocentrique fougueux et cette fille de la haute société s'était développée malgré tout. Elle lui envoyait des livres en prison: des classiques russes et français et des poèmes de Kipling. "Prends bien soin de tes dents pour garder un beau sourire lorsque tu lis mes lettres", lui écrivait-elle. "Rappelle-toi que la nicotine détériore les dents. Tel que je te connais, tu fumes comme une cheminée".

    Lorsque Castro est sorti de prison, il a eu des relations intimes avec Naty, d'où la naissance de leur fille Alina. Batista et les mafiosi ont fuit le pays; et en 1959 Fidel a pris le pouvoir. Naty et sa fille se sont tenues à l'écart quand Fidel se concentrait exclusivement sur la révolution. "Tu sais que les affaires personnelles sont de moindre importance pour moi", lui a-t-il écrit.
    Les personnalités de la haute société se sont vues transformées en révolutionnaires et un grand bouleversement a eu lieu dans le pays. Le mari légitime de Naty a quitté la maison avec leur fille pour s'installer aux Etats-Unis. 20 ans plus tard, la mère et la fille se sont enfin retrouvées, mais elles sont restées étrangères l'une à l'autre.
    La fille du grand révolutionnaire Alina souffrait de problèmes digestifs. Elle s'est mariée quatre fois et a eu, à son tour, une fille.
    En 1993, Alina Fernandez Revuelta (Fidel avait refusé de lui donner son nom) s'est enfuit vers les Etats-Unis où elle a été, pendant un certain temps, très sollicitée par les médias et complètement oubliée par la suite. L'évasion était et reste toujours le thème prédominant dans la vie cubaine.
    Les exilés aux Etats-Unis (los gusanos, ou les "minus" comme les appelle Castro) sont un petit groupe de mécontents qui restent accrochés à l'image ternie du passé. Par contre, ceux qui sont restés à Cuba rêvaient de s'enfuir ou, comme Naty et sa mère, souffrent d'une forme d'exil interne, gravée dans leur mémoire.

    Fidel est lui-même un personnage du passé. Il continue à parler de la crise cubaine des missiles comme s'il s'agissait d'un événement d'hier; Il cultive des slogans auxquels personne ne croit plus... Tout cela est basé sur la vieille querelle entre Washington et la Havane: une affaire sans grand intérêt actuellement.
    La seule qui ait pu supporter courageusement cette situation est Naty. Elle a sacrifié quatre décennies de sa vie pour un homme et un mouvement qui ne lui ont rien apporté. Pourtant, elle ne ressent aucun regret, aucune amertume. Elle a gardé les lettres de son ancien amour. "Nos pasamos la vida viendo pasar el tiempo" ("nous passons notre vie à regarder le temps passer").
    A la Havane, il y a des personnes comme elle, attachées au passé. Elles sont trop vielles pour s'inquiéter du futur.

    Traduction: Majda
    BENKIRANE L'Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc