×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'Allemagne sommée de déprotéger Volkswagen

Par L'Economiste | Edition N°:1738 Le 01/04/2004 | Partager

. Elle doit modifier la loi qui protège le constructeur des OPA hostilesL'Allemagne a été sommée par la Commission européenne de modifier la loi Volkswagen qui protège le constructeur des offres publiques d'achat hostiles, sous peine de poursuites devant la Cour européenne de justice (CEJ).Il y a un an, Bruxelles avait «mis en demeure» Berlin à propos de cette loi, perçue comme contraire à la libre circulation des capitaux dans l'UE.Ce dossier, «Volkswagen» (VW), empoisonne depuis des mois les relations entre l'exécutif européen et Berlin. La disposition législative est ardemment défendue par les autorités allemandes. Même le chancelier Gerhard Schröder n'a pas hésité à monter au créneau pour la préserver.L'Etat régional allemand de Basse-Saxe (nord), principal actionnaire de VW avec une participation d'un peu plus de 18%, a d'ailleurs immédiatement réfuté les arguments de la Commission.«Jusqu'à présent, le commissaire au marché intérieur, Frits Bolkestein, n'a pas pu déterminer précisément dans quelle mesure la loi Volkswagen contrevient concrètement à la libre circulation des capitaux sur le marché intérieur européen», a estimé un porte-parole du gouvernement de Basse-Saxe.L'exécutif européen, lui-même divisé sur le sujet, a longuement hésité avant d'envoyer ce dernier avertissement à l'Allemagne, reportant même sa décision pour poursuivre les négociations. Mais ces discussions de dernière minute n'ont pas permis de débloquer la situation.Sur un autre volet, les ventes de Volkswagen ont enregistré une amélioration au mois de mars. Toutefois, cette performance ne pourra sauver le premier trimestre 2004 qui s'annonce «lamentable», selon le directeur financier du groupe Hans-Dieter Poetsch.«Il y a eu en mars une amélioration des livraisons par rapport à janvier-février, en particulier en Europe et en Chine», a expliqué M. Poetsch, lors d'un colloque sur la gouvernance d'entreprise.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc