×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

L'Aiesec tente le pari des entreprises

Par L'Economiste | Edition N°:2622 Le 02/10/2007 | Partager

Encore étudiantes, Imane et Omniya sont déjà membres du bureau national et vice-présidentes. Ce n’est pas dans un parti politique que vous risquez de les rencontrer. Il n’empêche qu’elles sont deux militantes convaincues. Leur cause? Favoriser les échanges entre les peuples. Plus exactement, elles œuvrent au sein de l’Aiesec (ancienne Association internationale des étudiants en sciences économiques et commerciales) pour que les étudiants du monde puissent développer leur potentiel professionnel et intellectuel hors leur pays d’origine par le biais de stages au sein des entreprises et des associations. «Prendre la parole devant 150 personnes et en anglais, il n’y a qu’à l’Aiesec que l’étudiant marocain peut avoir cette opportunité», insiste Omniya Achour, vice-présidente chargée des relations publiques. Elle fait allusion aux différents séminaires qu’organise l’association où les grandes entreprises viennent parler aux étudiants.Aiesec propose aux entreprises une base de CV filtrés au peigne fin, «with high potential», sur plus de 100 pays. Elle a des partenaires pour le moins prestigieux: Microsoft, DHL, P&R, Unilever, KPMG, etc. «Dans sa fiche de recrutement, Alcatel a prévu une case demandant au candidat s’il est membre ou ancien membre de l’Aiesec», affirme Imane Temsamani, vice-présidente chargé de la communication.Créée en 1948, l’association a su asseoir sa notoriété. Au Maroc, elle a 21 ans d’existence. Mais, «malgré l’aura qu’a l’Aiesec à l’international, les entreprises marocaines sont peu sensibilisées aux avantages de l’échange international», déplore Imane. Un déficit de communication et de lobbying que la jeune vice-présidente est résolue à surmonter, d’autant plus que l’antenne marocaine a un cahier de charges à remplir au risque de se voir dégradée. Aiesec Maroc a décroché le prix UBS (Union des banques suisses) de l’excellence à l’occasion du congrès international de l’Aiesec organisé en Turquie, le deuxième en 3 ans. L’antenne marocaine est de ce fait la meilleure de la région Mena. Voici un atout qu’Imane mettra en avant auprès des entreprises.Les financements de l’association proviennent essentiellement des adhérents et des écoles accueillant les bureaux régionaux, qui sont au nombre de 4 au Maroc.La campagne de recrutement s’étale sur 3 mois à partir du mois d’octobre. Elle va concerner aussi bien les étudiants que les entreprises. Bientôt, vous allez avoir la visite d’un étudiant. Ne soyez pas surpris s’il affirme qu’il est aussi vice-président. N. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc